AYWAILLE

Une Aqualienne de 67 ans poursuivie pour détention d’armes

Une Aqualienne de 67 ans poursuivie pour détention d’armes

La dame avait été surprise en possession de 8 coups-de-poing américains alors qu’elle participait à une brocante. ÉdA

Le parquet a requis lundi devant le tribunal correctionnel de Liège une peine de 12 mois de prison ainsi qu’une amende contre une habitante d’Aywaille âgée de 67 ans suspectée de s’être livrée à de la vente d’arme.

La prévenue avait déjà été jugée après son implication dans une affaire d’assassinat. En 2013, la cour d’assises de Namur l’avait condamnée à une peine de 3 ans et 3 mois de prison avec sursis probatoire après avoir été reconnue coupable de complicité d’assassinat, de complicité de tentative d’assassinat et de port d’arme. Les faits jugés à l’époque concernaient un règlement de compte entre familles de forains. Un homme avait été tué tandis que son fils avait été laissé paraplégique.

Après sa condamnation, pour survivre alors que son mari s’était suicidé au matin d’une première cour d’assises organisée à Liège, la prévenue avait entrepris de participer à des brocantes. Dans ce contexte, elle avait été dénoncée de manière anonyme comme vendeuse d’armes. Une perquisition avait permis de découvrir qu’elle détenait 8 coups-de-poing américains prêts à être vendus.

Le parquet a requis une peine de 12 mois de prison et une amende. La défense, Me D’Amico, a avancé que la dame avait naïvement été exploitée par son entourage dans son commerce. L’avocat a sollicité une peine de travail.

Le jugement sera prononcé le 11 décembre.