BRUXELLES

Nouvelle condamnation pour l’ex-Miss Belgique Daisy Van Cauwenbergh?

Nouvelle condamnation pour l’ex-Miss Belgique Daisy Van Cauwenbergh?

Daisy Van Cauwenbergh risque 18 mois de prison. Belga

L’auditorat du travail de Hal-Vilvorde a requis mercredi des peines de 18 mois de prison à l’encontre de l’ex-Miss Belgique Daisy Van Cauwenbergh et de deux ans pour son compagnon Johannes «Huub» Fijen.

L’ex-Miss et son compagnon sont tous deux poursuivis, ainsi qu’une de leurs entreprises, pour avoir fait travailler du personnel en séjour illégal dans leur villa de Wemmel. Le couple, qui est également suspecté de ne pas avoir rémunéré ses employés, nie toutes les préventions et demande son acquittement.

Selon l’auditorat du travail et l’avocat du couple de Thaïlandais illégalement occupé, ces deux personnes avaient quitté leur pays après le tsunami qui a ravagé la Thaïlande en 2004 pour rejoindre la Belgique et une idyllique offre d’emploi.

«Un visa touristique avait été fait pour eux, valable seulement trois mois, et ils avaient été mis au travail dans la villa du couple Fijen-Van Cauwenbergh à Wemmel», selon l’avocat. «La dame devait au départ uniquement s’occuper des enfants mais par la suite, elle a aussi dû cuisiner et nettoyer tandis que son compagnon servait de chauffeur à la famille, puis de jardinier. Ils recevaient pour seule rémunération le droit de disposer d’un logement à Schaerbeek et un scooter, mais devaient travailler de longues journées, six jours sur sept et être non-stop à la disposition de la famille. Ils recevaient soi-disant un salaire, mais celui-ci était régulièrement retenu, pour couvrir les frais.»

L’auditorat du travail évoque de l’esclavage moderne et la partie civile a laissé sous-entendre que la femme thaïlandaise avait également été sexuellement abusée.

«Au final, ces personnes ont travaillé près de deux ans pratiquement gratuitement, c’est une forme de traite des êtres humains», a affirmé l’auditeur. Ce dernier a requis une peine d’emprisonnement de deux ans et une amende de 22 500 euros à l’encontre de Johannes Fijen, une peine de 18 mois de prison ainsi qu’une amende de 13 500 euros pour l’ex-Miss Belgique et une amende de 70.500 pour leur entreprise.

L’avocat du couple belge a demandé l’acquittement de ses clients, affirmant que le couple thaïlandais n’avait jamais été mis au travail par ceux-ci.

«Ils ont personnellement voulu aider les gens après le tsunami en offrant à ce couple des vacances», a affirmé Me Hans Symoens. «Ce couple a progressivement fait partie de la famille et a voulu rester en Belgique. Ils ont peut-être une fois veillé sur les enfants ou aider à entretenir le jardin, mais il n’est absolument pas question d’esclavage ou d’exploitation, et encore moins de viol. Au contraire, ces personnes ont régulièrement été emmenées en sortie et en vacances par la famille Fijen-Van Cauwenbergh.»

Le jugement sera prononcé le 20 décembre.