BRUXELLES

Emeutes à Bruxelles: des arrestations dans les prochains jours

Emeutes à Bruxelles: des arrestations dans les prochains jours

Le bourgmestre de Bruxelles annonce de prochaines arrestations. BELGA

Les incidents violents du samedi 11 novembre, au centre de Bruxelles ont jusqu’à présent débouché sur six arrestations et douze identifications. De nouvelles arrestations sont attendues au cours des prochains jours.

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS) a fait le point sur les arrestations liées aux émeutes au cours d’un débat au conseil communal, ce lundi soir.

Renvoyant au parquet pour plus de détails à ce sujet, Philippe Close a répondu aux nombreuses questions des différents chefs de groupe de la majorité et de l’opposition sur les incidents qui se sont produits les 11 et 15 novembre derniers, à l’occasion de deux événements de nature différentes, la qualification de l’équipe Marocaine de football et la venue du ‘youtubeur’Vargasss92.

Loin de la poussée d’adrénaline politique observée dans leur foulée, le débat a eu lieu dans le calme. Contrairement aux derniers jours, la question de l’opportunité ou non d’une fusion des zones bruxelloises de police n’a ainsi été qu’effleurée que par Ans Persoons (sp.a) et Johan Van den Driessche (N-VA), ce dernier pour dire qu’il reviendrait ultérieurement sur le sujet.

Personne non plus n’a remis en cause les forces de l’ordre, appelées à intervenir à chaque fois dans un contexte difficile et sous un effet de surprise.

«Une faute politique»

La cheffe de file de l’opposition cdH Joëlle Milquet a d’emblée donné le ton du débat, appelant à sortir du champ particratique et communautaire pour tenter de voir clair sur ce qui s’est passé, entendre la version du bourgmestre «après la lecture partiale du rapport d’inspection», afin d’en tirer les leçons utiles pour la gestion de la sécurité pour la Ville et les habitants.

Fabian Maingain (DéFI) s’est montré plus incisif sur un point: l’absence d’anticipation de l’événement accentuée, selon lui, par l’absence physique, à Bruxelles, du bourgmestre Philippe Close, «une faute politique».

Catherine Lemaître (Écolo) a estimé qu’une certaine improvisation avait prédominé le samedi mais aussi le mercredi, dans la mesure où la venue de Vargasss92 dans certaines villes de France avait déjà été à l’origine d’incidents.

Soulignant que le match entre le Maroc et la Côte d’Ivoire n’avait attiré l’attention d’aucune zone de police du pays, ni de la police fédérale, M. Close a salué le professionnalisme des policiers dont l’expertise a été salué dans le rapport d’inspection.

Il a ajouté que son absence à Bruxelles n’avait pas eu de répercussion sur le terrain, le rapport d’inspection de l’AIG ayant mis en exergue que le contact entre le responsable de zone et le bourgmestre avait été «parfait».