MONS

Le Mons Expo attend les «croque-mots» pour la 6e édition de Mon's Livre

Le Mons Expo attend les «croque-mots»  pour la 6e édition de Mon's Livre

Mon's Livre

Avec Marc Hardy, le dessinateur de Pierre Tombal , Patrick Weber et Pierre Coran comme parrains, le salon littéraire Mon's Livre entend bien franchir la barre des 7.000 spectateurs au Mons Expo le week-end des 25 et 26 novembre.

Cela fait six ans déjà que le salon Mon’s Livre est apparu dans le paysage littéraire belge francophone. Et en six éditions, il n’a cessé de grandir au point de devenir aujourd’hui le plus grand salon de Wallonie dédié au livre neuf: de 2012 à 2017, Mon’s Livre a doublé sa superficie et est passé de 2000 à 7000 visiteurs accueillis au Lotto Mons Expo.

En termes d’exposants et d’auteurs présents, la progression est aussi remarquable : de 75 au premier salon, les exposants étaient 220 l’an dernier et seront 215 cette année.  Quant aux auteurs, leur nombre a quadruplé de 100 en 2012 à 400 attendus en 2017.

Mon’s Livre est devenu un incontournable pour les acteurs du secteur. De quoi réjouir l’asbl Mon’s Livre et sa présidente Catherine Hocquet, fondatrices de la manifestation, qui avait vu juste en pensant combler un manque dans la région en lançant ce salon. Aujourd’hui, les organisateurs n’ont plus à trop démarcher les auteurs pour les attirer dans un salon inconnu. Désormais, c’est plutôt les demandes qu’il faut gérer.

Proche et populaire

 « Mon’s Livre, c’est un salon où il y a une proximité avec le public. On croise autant des auteurs avertis que des auteurs en herbe, qui viennent sur le salon pour faire des rencontres et essayer d’être édités et qui trouvent certaines réponses à leurs questions », explique Catherine Hocquet.

Mais le rendez-vous n’est pas pour autant un salon professionnel et attire surtout un public familial local : « ils sont à 70% de la région de Mons, le reste vient de Charleroi, Liège…Cela dépend aussi des parrains du salon. L’objectif principal du salon, à savoir attirer les gens de la région, est ainsi rencontré. »  C’est aussi pourquoi le salon est gratuit depuis sa création : « si on mettait une entrée payante, pour une famille, ça reviendrait vite au prix d’un livre. »

Mais il ne suffit pas d’être gratuit pour être attractif. Et Mon’s Livre l’est grâce à sa capacité d’être un rendez-vous populaire tout en offrant une vitrine large des petits acteurs de la littérature belge francophone, dans tous les genres littéraires, de la fantasy au patrimoine.

Pour l'aspect populaire, on peut compter sur des parrains et auteurs connus du grand public. En 2017, parmi ceux qui apportent leur soutien à l’événement, il y a le dessinateur Marc Hardy, qui anime depuis 1982 Pierre Tombal, le plus célèbre des fossoyeurs. Au rayon littérature générale, c’est Patrick Weber qui apporte sa contribution. Le chroniqueur royal de RTL TVI est aussi et surtout un auteur prolifique, à qui l’on doit autant des romans historiques que des scénarios de bandes dessinées.

Signalons encore encore Juliette Nothomb (la sœur d’Amélie, autrice de romans pour enfants et chroniqueuse littéraire et culinaire), la Princesse Léa de Belgique, Bert Kruismans qui animera la soirée du 25 novembre…

Derrière ces têtes d’affiche, c’est une très large vitrine du monde de l’édition qui s’offre au visiteur : auteurs indépendants, petits éditeurs…En attirant le visiteur avec quelques grands noms, Mon’s Livre lui propose de découvrir un monde méconnu, qu’il ne retrouve jamais dans les rayons des grands magasins, et qui valent pourtant le détour. Comme, au hasard parmi des dizaines d'activités, la présentation d'un nouveau livre consacré au patrimoine funéraire, qui se penche sur 365 tombes sélectionnées parmi les sépultures des cimetières tournaisiens. Préfacé par Pierre Tombal? 

Infos et programme complet: monslivre.be

Un Montois pour faire honneur à la littérature jeunesse

Pour cette 6e édition, Mon’s Livre met à l’honneur un auteur de la littérature jeunesse et c’est un grand enfant du pays qui endosse le costume de parrain de ce genre : Pierre Coran. Né en 1934 sous le nom d’Eugène Delaisse à Saint-Denis, village qui sera englobé dans le Grand Mons lors de la fusion des communes, il entame sa carrière comme instituteur, devient ensuite directeur d’école et professeur d’histoire et littérature au Conservatoire de Mons. Passionné de poésie, il se trouve une vocation d’auteur pour enfants, alternant contes et poèmes.

L'homme soutient le salon depuis ses débuts: « Il fallait encourager une telle initiative, car des salons du livre, il n’y en a presque pas en Belgique. Chez nous, il y avait Bruxelles, Namur, qui avait déménagé à Charleroi…Et c’est tout. » Cette année, l'auteur de 83 ans profite de son actualité pour parrainer l'événement: il a récemment signé une adaptation de Pierre et le Loup, participé à un livre-disque sur le Lac des Cygnes  et son livre Mémoire blanche, consacré aux addictions, a été réédité.

Pierre Coran est consacré en 1989 quand il obtient à Paris le premier Grand Prix de poésie pour la jeunesse. Depuis 40 ans, il vit à Jurbise en compagnie de son épouse.