PECQ

Accident mortel : la boue sur la voirie et une vitesse inadaptée en cause

Accident mortel : la boue sur la voirie et une vitesse inadaptée en cause

Dans le cadre de l’enquête, la police recherche le conducteur d’un véhicule VW gris clair qui aurait été dépassé par le conducteur impliqué dans l’accident mortel. EdA

Dans le cadre de l'enquête suite à l'accident ayant coûté la vie à un jeune garçon, ce samedi, sur le pont de Pecq, la police recherchait un témoin des faits. Le conducteur s'est présenté à la police et son témoignage a pu être recueilli.

C’est à la demande du parquet du Hainaut, division de Tournai, que la police avait publié un appel à témoins. Elle recherchait le conducteur d’une voiture VW de couleur gris clair qui aurait été dépassé par le véhicule Fiat impliqué dans le terrible accident ayant coûté la vie à un jeune piéton. Cette manœuvre se serait produite peu avant la terrible collision, sur le pont enjambant l’Escaut, drève Henri Dunant – rue Albert 1er à Pecq.

La zone de police du Val de l'Escaut demandait au conducteur du véhicule VW gris clair de se manifester, son témoignage étant d’une importance primordiale dans le cadre de l’enquête. Il s'est présenté ce dimanche matin au poste de police de Pecq. Son témoignage a pu être recueilli. Dans son communiqué annonçant la fin de l'appel à témoins, la police tient à signaler que "contrairement à ce que certaines personnes ont pu dire sur les réseaux sociaux, ce témoin n'a pas quitté les lieux sans porter assistance."

Ce samedi, vers 15 h 45, sur le pont reliant Pecq à Hérinnes, le conducteur du véhicule Fiat, pour une raison encore indéterminée, a en effet perdu le contrôle de son véhicule, percuté la bordure du trottoir, et un jeune garçon de 12 ans originaire de Cuesmes et circulant à pied avec son groupe de scouts, avant de terminer sa course contre un poteau. Sous la violence du choc, le piéton a été projeté par-dessus la rambarde, en contrebas du pont, dans l’Escaut. Des pompiers plongeurs de Tournai et d’Antoing, aidés par la police des voies hydrauliques ont dû longuement sonder le fleuve pour retrouver le garçon… Ce n’est que près d’une heure après la collision, vers 16 h 50, que la jeune victime a pu être retrouvée, et malgré les gestes de réanimations prodigués, elle n’a pu être sauvée.

Le conducteur s'est spontanément présenté

"Ce conducteur s'est spontanément présenté ce dimanche, vers 11h00, au commissariat de police. Il explique qu'il était suivi depuis la place d'Hérinnes par le véhicule qui a causé l'accident et qu'il a été dépassé quelque 300m avant le pont. A ce moment, le témoin roulait entre 60 et 70km/h, ce qui implique que l'autre conducteur roulait plus vite", expliquait dimanche en fin d'après-midi Frédéric Bariseau, 1er substitut du procureur du roi de Tournai-Mons.

"Le conducteur qui a été dépassé a vu la perte de contrôle puis une silhouette passer au-dessus de la rambarde du pont et tomber dans l'Escaut. Après s'être approché des lieux de l'accident, le témoin est descendu le long du chemin de halage afin de porter assistance. Ne pouvant porter secours à la victime, il a appelé la police puis a quitté les lieux", précise encore le magistrat.

Ce dernier signale qu'au moment de l'accident il avait plu et qu'il y avait de la boue sur la voirie. Ces éléments, conjugués à une vitesse inadaptée, pourraient être à l'origine du drame.

Pas sous l'influence de l'alcool

Après avoir dérapé et monté sur le trottoir, la voiture en cause a heurté un groupe de scouts. L'un d'eux a été projeté par dessus le garde-fou et est tombé dans les eaux glaciales de l'Escaut. Le corps n'a été repêché que près d'une heure plus tard par des plongeurs. Les soins apportés par les urgentistes ont été vains.

La victime est un jeune garçon de 12 ans habitant dans la région de Cuesmes (Mons). "Au moment de l'accident, le conducteur de la voiture en cause n'était pas sous l'influence de l'alcool. Il s'agit d'un habitant de la région de Pecq né au début des années 1980. Il a été blessé au visage et hospitalisé. L'intéressé sera entendu ce lundi par la police", a encore indiqué le 1er substitut.