TENNIS

Thierry Van Cleemput si fier de David Goffin: «C’était comme dans un Rocky»

Thierry Van Cleemput si fier de David Goffin: «C’était comme dans un Rocky»

David Goffin a pris des coups contre Roger Federer, mais il s’est superbement relevé note son coach. AFP

C’est évidemment un coach «content et fier» qui a décrypté la demi-finale «historique» de David Goffin, ce samedi à Londres, face à Roger Federer.

+ LIRE AUSSI | Goffin réalise l’impossible face à Federer et se hisse en finale du Masters !

Presque plus que la première victoire de son poulain sur Roger Federer (après six défaites en autant de duels), c’est la manière avec laquelle le Liégeois (ATP 8) a construit son succès face au légendaire N.2 mondial, que Thierry Van Cleemput a tenu à souligner.

Thierry Van Cleemput si fier de David Goffin: «C’était comme dans un Rocky»
BELGA
«Ah ça fait plaisir… J’ai eu l’impression de voir un des épisodes des films de Rocky. J’ai vu un gars qui a pris des uppercuts au début, a volé dans les cordes, mais qui s’est relevé et a gagné. Et en frappant de plus en plus fort! Quelle belle attitude! C’était exactement celle que je souhaitais voir. On avait parlé de cette approche mentale vendredi, veille du match, et visiblement David avait bien écouté. Je voulais qu’il s’accroche même si cela n’allait pas. Qu’il fasse preuve d’une révolte physique. Qu’il se bouge, qu’il tente, qu’il ne subisse pas. Et il l’a superbement bien fait. Je suis très content pour David car cela doit avoir une saveur particulière de battre Roger Federer comme ça», explique le coach.

«Ce n’est pas un match de référence à mes yeux parce que c’était le grand Federer en face, mais cela doit en être un pour David dans la manière avec laquelle il a inversé la tendance jusqu’à s’imposer. Je suis très content et très fier de lui! Ceci dit, il va falloir éviter toute décompression et très vite se remobiliser pour la finale de ce dimanche (18h belge)», poursuit-il.

«Et dans la foulée, il y a aura directement la Coupe Davis, on le sait. Ce Masters était une préparation idéale, mais aussi très énergivore. Donc arriver en finale ici, quelque part ce n’est pas nécessairement l’idéal en vue de Lille. Mais on prend, évidemment! Ce ne sera pas facile, mais j’espère que l’ampleur de l’événement qui l’attend en France va l’aider à réunir les forces nécessaires pour ce dernier coup de rein…»

Roger Federer: «Content pour David»

Thierry Van Cleemput si fier de David Goffin: «C’était comme dans un Rocky»
AFP
«David a mieux joué, c’est simple. Bravo à lui. J’aurais dû mieux servir, éviter les rallyes du fond de court car j’ai été sous pression, mais je n’y suis pas parvenu. J’aurais dû être plus agressif, monter plus aussi. Oui, j’ai gagné le 1er set, mais c’est plutôt lui qui ne jouait pas (encore) à son vrai niveau. Il a ensuite trouvé son rythme jusqu’à jouer extrêmement bien. Il a été clairement le meilleur sur le court», analysait le Suisse après sa défaite.

«Cela ne m’a pas vraiment étonné car pour m’entraîner parfois avec lui, je sais combien il peut être bon. Mais là c’était en match! Il mérite amplement sa victoire. Et je suis content pour lui car c’est un gars bien. Je l’apprécie beaucoup. J’espère pour lui qu’il pourra jouer aussi bien finale dimanche. C’est ce que je lui dis au filet après le match…

Pour ma part, c’est décevant de finir la saison là-dessus. Mais ce n’est pas si important si je regarde toute mon année (7 titres, dont ses 18e et 19e Grands Chelems (Open d’Australie et Wimbledon). Et là, j’ai un jour de plus de vacances. Bon ce n’est pas beaucoup, c’est vrai, c’est même nul comme avantage (rires), mais voilà, la saison est finie. Vive les vacances et rendez-vous en Australie…»

David Goffin: «C’est spécial de battre mon idole»

Thierry Van Cleemput si fier de David Goffin: «C’était comme dans un Rocky»
David Goffin est comme dans un rêve. AFP
«Sortir et gagner un match comme ça en demi-finale de son premier Masters, et contre Roger Federer en plus, c’est évidemment beaucoup d’émotions. C’est vraiment quelque chose d’incroyable. Et un sentiment très spécial de battre mon idole depuis que je suis tout petit…

Je suis vraiment content du résultat, évidemment, mais aussi de mon comportement sur le court après la perte du 1er set. J’ai bien réagi, je ne me suis jamais découragé et cela a payé…

Je sentais bien la balle, et passé le 1er set (j’étais un peu nerveux au début, je l’avoue), j’étais bien dans mon match. Tout se déroulait bien – un peu du déjà vu à l’entraînement, mais reproduire ça en match contre Federer, ce n’est pas si évident car il a quand même beaucoup de présence. Une fois lancé, j’ai vraiment commencé à apprécier chaque moment face à lui. Cela m’a poussé à me surpasser, à tenter de faire de belles choses. Point par point. Et plus cela avançait, plus j’étais relâché. Quelque part, j’étais serein sur le court.

Je n’avais jamais battu Rafa (Nadal, N.1 mondial) ni Roger (Federer, N.2 mondial) – NDLR: David est le 6e joueur de l’histoire seulement à réussir cela sur le même tournoi! -, c’est génial, bien sûr, mais ce n’est pas pour autant que je vais gagner tous mes matches. Est-ce la preuve que j’ai passé un cap? Je ne veux pas me mettre de pression… Mais plutôt continuer mon évolution. Pour encore progresser. Dans l’immédiat, on va désormais tenter de retrouver de l’influx pour la finale. Mais je veux tout donner ce dimanche!»