FOOTBALL - Division 3 amateurs

À quand l’envol des Oies de Visé ?

-Masson
Malgré leurs nombreuses qualités et leurs ambitions de titre, les Oies visétoises n’ont pas pris un aussi bel envol qu’escompté mais le championnat est encore long.

Fraîchement promu via le tour final, le club du président Thiry ne s’est pas octroyé une période d’adaptation en ambitionnant directement la montée. Et les Oies s’étaient donné les moyens de leurs ambitions en engageant Stéphane Huet à la baguette et de nombreux joueurs de qualité dont l’expérience au niveau national ferait pâlir de jalousie pas mal d’équipes qui évoluent pourtant depuis quelques saisons à ce niveau.
Après un peu plus d’un tiers du championnat où en sont les Visétois et leurs ambitions ? Actuellement cinquièmes, les Oies n’ont connu qu’une seule fois la défaite (lors de la dixième journée le 5 novembre à Stockay) mais le nombre de leurs victoires (5, pour 6 nuls) leur reste en travers du gésier. Il y a bien eu ce succès face à Tilleur début octobre mais les Visétois ont connu par ailleurs de ces partages qui s’apparentent à des défaites comme face à Verlaine (3-0 à la 87e et 3-3 au final) et comme face à Givry le week-end passé (2-0 à la 75e et 2-2 au final).
Au terme du partage face aux Luxembourgeois, Stéphane Huet ne se posait plus la question de savoir si son équipe ne risquait pas de subir un syndrome de fin de rencontre : « Il est bien installé dans la tête des joueurs! Ce qui s’est passé face à Verlaine et s’est répété face à Givry est difficilement explicable pour une équipe aussi expérimentée que la nôtre. Nos adversaires ont pu nous analyser à plusieurs reprises et ils ont dû remarquer notre fébrilité sur les phases arrêtées et spécialement sur leur second ballon. Il est clair que nous manquons de concentration et de sérénité dans ce genre d’action et nos adversaires en profitent. Nous n’avons jamais non plus été épargnés par la malchance en fin de rencontre. Nous devons nous serrer les coudes pour retrouver la sérénité nécessaire afin d’enfin enchaîner les victoires. Nous avons déjà laissé beaucoup trop de points en chemin avec tous ces partages. »
Avec leur actuelle 5e place au classement, les Oies détiennent le dernier ticket pour le tour final (si aucun vainqueur de tranche du moins ne finit au-delà de la 5e place) mais il est certain que le noyau dont dispose Stéphane Huet a de quoi titiller plus sérieusement les armadas de Stockay et de Tilleur. Reste à savoir si elles parviendront à mieux gérer leurs fins de rencontre. À moins que le président Thiry ne mette la main à la poche durant l’hiver pour renforcer son équipe.¦

Suivez notre page Verviers Sports sur Facebook