MONDE

Violent séisme entre l’Iran et l’Irak: le bilan monte à 328 morts et 2500 blessés

Le bilan du violent séisme ayant frappé dimanche soir les confins de l’Iran et de l’Irak est passé à 328 morts côté iranien, selon un nouveau décompte donné lundi matin par la médecine légale, citée par la télévision d’État.

Le bilan de ce tremblement de terre qui a eu lieu dimanche soir à la frontière entre les provinces iranienne de Kermanshah (ouest du pays) et irakiennes de Souleimaniyeh (nord-est de l’Irak) et de Diyala ne cesse d’augmenter.

Selon le dernier bilan, il y a également 2.530 blessés, a rapporté la télévision d’État. Le précédent bilan était de 207 morts et 1.700 blessés.

Les médias locaux avaient un moment évoqué le nombre de plus d’un millier de personnes blessées, rien que dans la province iranienne de Kermanshah, frontalière de l’Irak et où l’épicentre de la secousse a été située par des géologues américains.

Le bilan devrait encore augmenter, préviennent les autorités locales. Un porte-parole du ministre iranien de l’Intérieur avait notamment précisé, durant la nuit, que les opérations de secours ne pourraient être pleinement efficaces qu’après le lever du jour. Dans les provinces de Kermanshah et d’Ilam, les écoles vont garder portes closes lundi, selon des autorités locales, alors que le travail des secours doit s’intensifier.

La secousse, de magnitude 7.3 selon l’institut américain USGS, a eu lieu dimanche soir et a été ressentie jusqu’en Turquie.

Côté irakien, des responsables locaux avaient rapporté dès dimanche soir, notamment à l’agence AFP, six décès liés au séisme, dans la province de Souleimaniyeh, dans le Kurdistan irakien. Au moins 50 personnes y seraient également blessées, et environ 150 autres à Khanaqin, dans la province de Diyala qui borde également la frontière avec l’Iran.

La région est régulièrement sujette à des secousses, étant située à un point de rencontre majeur de différentes plaques tectoniques.