NAMUR

Ils incendient les cabines électriques sous le pont de Louvain: quelles conséquences?

 Des agents de Proximus sont toujours sur le terrain pour effectuer des réparations délicates.
Des agents de Proximus sont toujours sur le terrain pour effectuer des réparations délicates.-EdA - Florent Marot

La nuit dernière, vers minuit, une berline, de style Audi, de couleur sombre, s’immobilise sous le pont de Louvain, à Namur. Cinq personnes sont à bord. Deux en sortent. Ils portent des cagoules. Pour une raison inconnue, ils mettent le feu à des cabines électriques.

Avec de gros jerricanes, ils aspergent des cabines avec du carburant. En fait, ce sont des cabines électriques, les mêmes qui avaient déjà été ravagées par le feu fin avril 2016.

Cela avait d’ailleurs provoqué d’énormes perturbations sur la circulation mais aussi dans le traitement des appels de secours. Les services avaient été terriblement perturbés et les opérateurs avaient d’ailleurs dû s’installer, pour assurer la prise des appels, au centre de crise de Namur, dans les sous-sols du Palais provincial.

Les pompiers de Namur sont intervenus pour maîtriser l’impact de cet incendie volontaire. Les conséquences semblent bien plus limitées que lors du précédent sinistre.

Le substitut de garde dispose de toutes ces infos parce que la scène a été observée par un témoin. «Vu ces éléments, on est assurément face à un incendie criminel. Pas besoin de faire descendre un expert pour confirmer cela», signale Romain Jadin.

Personne n’a encore été ciblé ou interpellé à cette heure.

L’incendie a principalement provoqué des dégâts sur le cablâge de fibres optiques du réseau Proximus.

Ceci entraîne des problèmes de connexions internet et télévision dans de très nombreux foyers au nord de Namur, dans les entités de Vedrin, Champion, Bouge…

Des agents de Proximus sont toujours sur le terrain pour effectuer ces réparations délicates. Ils estiment que tout pourrait rentrer dans l’ordre, aujourd’hui vers 22 heures.