Football

Le onze décalé du foot luxembourgeois

-Eda

Chaque vendredi, onze joueurs sont mis en avant dans une équipe où ce ne sont pas les meilleures performances qui comptent le plus.

Gardien

Hervé Penga (JL Arlon) Pas de gardien qui soit sorti du lot le week-end passé. On sélectionne dès lors Hervé Penga qui, samedi, était prêt à enfiler les gants… de boxe.

Défenseurs

Thibaut Lesquoy (Virton) Un but après plus de deux ans de mutisme. L’exploit a tellement déstabilisé la speakerine du stade qu’elle lui en a même attribué un second. Notez que prononcer « Vanruyskenvelde » au micro, ça en ferait hésiter plus d’un.

Guillaume François (Beerschot) Quand son contrat n’a pas été renouvelé à Charleroi, aucun club de D1 ne l’a sollicité. Mais si vous le sortez par la petite porte, il ne laisse le soin à personne d’entrouvrir la grande pour préparer son retour.

Pierre-Alain Laloux (Durbuy) Deux buts cette saison. Une bicyclette contre Balen, un coup franc lucarne contre Meux. Et un succès à chaque fois. La victoire, certains l’achètent. Et d’autres Laloux.

Médians

Léo Lemaire (Wellin) Et Tom Paquet qui croyait qu’il serait le seul à réusssir un doublé contre Meix.

Nicolas Prevot (Mormont) Deux coups francs pour amener les deux buts de Mormont. Un hommage à la carrière d’Andrea Pirlo sans doute. Et l’inspiration milanesque de Medery.

Valentin Pirson (Oppagne) 5 jours, 2 matches, 4 buts, 16 ans. Gai comme un Pirson.

Florent Sid (Rachecourt) Trois petits buts depuis le début de saison, puis trois autres en 20 minutes… contre l’équipe de son futur beau-père. Va falloir augmenter la dot pour se faire excuser.

Attaquants

Victor Eloy (Tontelange) S’il ne marque pas, il met sa griffe dans les buts de son équipe. Eloy, un patron à la construction.

Nathan Copette (Givry) Deux matches à domicile, quatre buts, un assist, un peno provoqué. Nathan Copette la forme.

Patrick Collin (Marloie) Depuis peu, il est le papa d’un petit Marius. Mais les points communs avec Marseille ne s’arrêtent pas là : sur les deux derniers matches, il a fait apprécier trois fois la qualité de son pied gauche. Patrice Evra style !