LIÈGE

Liégeois, que souhaitez-vous pour aménager l’espace Tivoli?

 Des voitures stationnées sur le gravier, à l’ombre de la Violette, du Perron et du palais des Princes-Évêques. L’espace Tivoli n’est assurément pas apprécié à sa juste valeur.
Des voitures stationnées sur le gravier, à l’ombre de la Violette, du Perron et du palais des Princes-Évêques. L’espace Tivoli n’est assurément pas apprécié à sa juste valeur.-ÉdA Hermann

L’ASBL urbAgora fête ses dix ans d’existence. À cette occasion, elle lance un concours d’idées pour aménager le site du Tivoli, cet espace emblématique au cœur de Liège, pourtant délaissé depuis de nombreuses années.

L’espace Tivoli, «c’est le cœur du cœur de Liège, c’est là que se trouvait le chœur de la cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Lambert de Liège. C’est un endroit hautement sensible et symbolique». C’est en ces termes que François Schreuer, coordinateur de l’ASBL urbAgora, par ailleurs conseiller communal Vega, défini cet hectare de terrain situé dans l’hypercentre, entre les places Saint-Lambert et du Marché, à l’ombre de la Violette, du Perron et du palais des Princes-Évêques.

Aujourd’hui recouvert de graviers et agrémenté de pots de fleur en acier Corten, le site sert tantôt de parking, tantôt d’espace vide, accueillant au fil des saisons divers événements: marché de Noël, Fêtes de Wallonie, podiums d’événements sportifs, etc.

Le pâté de maisons qui s’y trouvait a été rasé à la fin des années septante, dans le contexte du fameux chantier de la place Saint-Lambert. Depuis, aucun projet n’y a vu le jour, le temps voyant défiler tantôt les idées, tantôt une certaine inertie. Alors que la place Saint-Lambert, dans sa mouture actuelle, n’a jamais vraiment séduit, l’espace Tivoli constitue un espace à la fois stratégique et précieux.

Un concours qui s’adresse à tous

L’ASBL urbAgora, qui vient de présenter le programme de son dixième anniversaire (lire ci-dessous), a bien envie de faire avancer le schmilblick. Cette association citoyenne se penche en effet sur les problématiques liées à la vie urbaine: mobilité, aménagement du territoire, espaces verts, etc. Elle lance donc un grand concours d’idées sur le site du Tivoli, permettant à qui le souhaite de présenter son projet, son idée, ses envies concernant le Tivoli.

«Les participants sont invités à remettre leur proposition sur un document au format A1, la deadline étant fixée au 15 mars», précise Pavel Kunysz, animateur au sein d’urbAgora. Les projets seront exposés au Cinéma Sauvenière dans le cadre du festival Avril en Ville. Un jury sélectionnera les projets les plus convaincants et des prix sont à décrocher, le plus substantiel s’élevant à 1000 euros.

«

Nous lançons ce concours d’idées sans a priori. Chacun est libre de faire n’importe quelle proposition.

»

«Nous lançons ce concours d’idées sans a priori. Chacun est libre de faire n’importe quelle proposition», précise François Schreuer. L’idée consiste à partir des besoins des habitants pour faire émerger les idées, plutôt que de soumettre la question aux seuls techniciens. «Un appel à idées avait par exemple eu lieu pour la place Flagey à Ixelles, avec un beau succès. Aujourd’hui, c’est un bel exemple de réussite d’appropriation de l’espace public.»

Liégeois, que souhaitez-vous pour aménager l’espace Tivoli? L’espace Tivoli établit la jonction entre la place Saint-Lambert et la place du Marché.-ÉdA Hermann

Y bâtir quelque chose, conserver l’espace, y installer, construire ou déconstruire des éléments, le végétaliser ou non, l’équiper de quelque manière que ce soit: on imagine que cette liberté accordée aux participants fera apparaître de belles idées.

«Au final, nous ne viendrons pas avec une solution toute faite en disant “voilà ce qu’il faut faire”», ajoute-t-on chez urbAgora. D’ailleurs, le concours s’effectuera dans la mesure du possible en concertation avec la Ville de Liège. «Une invitation sera lancée à l’échevin de l’Urbanisme (NDLR: Jean-Pierre Hupkens), nous espérons qu’il participera au jury.» Voilà en tout cas une dynamique constructive et enthousiasmante qui pourrait faire naître un beau projet pour l’espace Tivoli, plutôt malmené ces dernières décennies.

Infos pratiques sur www.urbagora.be

Dix ans au service de la vie urbaine

Il n’existe pas véritablement de date de naissance, pour l’ASBL urbAgora. Officiellement fondée en novembre 2008, urbAgora avait déjà été baptisée se la sorte en mars, par ses fondateurs formaient un groupe depuis l’été 2007. Voilà donc dix ans que cette association se positionne comme un espace de débats sur la vie urbaine, au cœur de Liège.

Au départ, les 35 fondateurs s’étaient retrouvés autour de deux combats: contre la liaison CHB, en faveur du retour du tram à Liège. Aujourd’hui, urbAgora rassemble plusieurs dizaines de militants, de nombreux bénévoles et emploie quatre personnes. Elle propose toujours une réflexion sur les enjeux urbains au sens large: mobilité, urbanisme, convivialité, patrimoine, environnement, architecture, etc.

«Contrairement à ce qu’on peut croire, nous ne menons pas que des combats, nous ne sommes pas toujours dans l’opposition, même si ce sont les moments où on parle de nous», constate le président Laurent Nisen.

Récemment, l’ASBL a par exemple milité contre le projet immobilier Haïsses-Piedroux et en faveur du parc du Ry-Ponet, ou encore contre l’implantation du projet Médiaciné. Extensions de centres commerciaux de la périphérie, construction de la clinique du MontLégia, aménagement d’une deuxième ligne de tram, place Cockerill, liaison routière vers la Citadelle: ses interventions sont nombreuses et rencontrent un écho variable, en fonction des circonstances.

L’ASBL urbAgora se penche aujourd’hui sur son avenir. Elle s’est lancée dans l’édition de la revue Dérivations, une publication semestrielle. Elle envisage aussi des collaborations plus approfondies, voire un développement de son modèle dans d’autres villes, Charleroi étant la voisine naturelle. Elle entend du moins mener la réflexion urbaine à l’échelle de la Wallonie, sans se cantonner au point de vue principautaire.

Le programme

Pour ses dix ans, urbAgora a élaboré un programme d’une année de festivités et événements. Sans exhaustivité, en voici quelques-uns qui marqueront l’année à venir:

– Novembre 2017 – «La fabrique des métropoles», un colloque sur la suipracommunalité en collaboration avec l’Université de Liège;

– Mars 2018 – Une expo et un livre pour retracer les dix ans de l’ASBL;

– Avril 2018 – «Avril en Ville», un festival «des habitants de la ville» organisé au cinéma Sauvenière et ailleurs en compagnie de nombreux partenaires;

– Fin 2018: un déménagement des locaux (actuellement place Saint-Denis) vers la rue des Bayards.