MONS

Le polar veut de nouveau hanter Mons

Marie-France Dony, Anne Verbeke, Christine Defoin, Françoise Vanden Poorten et leurs trois congénères veulent faire sursauter Mons au rythme du polar.
Marie-France Dony, Anne Verbeke, Christine Defoin, Françoise Vanden Poorten et leurs trois congénères veulent faire sursauter Mons au rythme du polar.-Ugo PETROPOULOS
Avec leur "Prélude à la Nuit du Polar", sept femmes veulent remettre sur pied à Mons un événement d'envergure dédié au polar et au roman noir. Premier cri le soir du 10 novembre, au Mundaneum.

Le polar fait son grand retour à Mons. Dans les années 80, le roman noir était à l'honneur et ses fans déferlaient dans la cité du Doudou, grâce au travail de quelques passionnés, qui avaient monté une association qui organisait des expositions sur des thématiques les "plus 'série B' possibles", selon les mots de Jean-Paul Deplus, ancienne cheville ouvrière de cette asbl justement nommée "Séries B".

Pendant toute la décennie, les membres de cette association multipliaient les expositions, les salons, faisaient venir des stars de la littérature policière "payée avec de la bouffe", avant de jeter l'éponge, dépassés par l'ampleur de l'événement.

Jean-Paul Deplus, aujourd'hui devenu président du Mundaneum pourra verser sa petite larme vendredi grâce au travail de sept femmes, réunies au sein de l'asbl InCulq, et qui organisent un Prélude à la Nuit Blanche du Polar, vendredi soir au Mundaneum justement.

Car enfin, une ville traversée par trois cours d'eau baptisés la Trouille, la Haine et le Pire ne pouvait décemment pas ne pas célébrer cette littérature si particulière aux adeptes toujours nombreux et passionnés. C'est ce que se sont dites ces lectrices fans de polar, parmi lesquelles on retrouve quatre montoises.

Et qui ont sollicité l'auteur espagnol Victor Del Arbol pour parrainer l'événement. Un ancien fonctionnaire de police converti à la littérature policière et qui a remporté quatre prix littéraires en 5 romans, une jolie moyenne. Son compatriote Mikel Santiago, publié en français chez Actes Sud et traduit dans une vingtaine de langues, sera également de la partie. Histoire de montrer qu'il n'y a pas qu'en Europe du Nord qu'on est spécialiste du roman noir.

Un avant-goût à une nuit complète en 2018

Mais la Belgique n'est pas en reste: Barbara Abel et Paul Colize viendront prouver que le polar version noir-jaune-rouge existe également. Les jeunes talents seront aussi mis à l'honneur, avec la remise du prix Fintro de l'écriture noire attribué à Isabelle Corlier, jeune autrice bruxelloise.

Comme son nom l'indique, ce prélude n'est qu'un avant-goût d'un plus grand rendez-vous prévu pour 2018, où c'est une véritable Nuit Blanche du Noir qui se dérouler au Mundaneum. L'objectif sera de présenter un véritable festival autour de l'écriture noire, littéraire et cinématographique. Rendez-vous est déjà prix le 10 novembre 2018 de 18h au 11 novembre à 18h. Et comme en 2018 le Mundaneum présentera une exposition consacrée à la Chine, la Nuit blanche sera sans doute consacrée au roman noir asiatique.

D'ici là, ce sont donc quelques mises en bouche belgo-espagnoles qui attendent les visiteurs ce vendredi au Mundaneum, à partir de 20h. Infos: nbdn.blog.