Mons: Romeo Elvis, Kid Noize...pour la saison 2 de Mars

Après avoir écumé les festival, Roméo Elvis débarquera au théâtre Le Manège, le 19 mai. Avant lui, Kid Noize et son masque de singe l'auront fait danser le 1er mars. EdA

Mons Arts de la Scène (Mars) a dévoilé une partie de sa deuxième saison au Théâtre Royal de Mons ce mardi soir. Au programme: quelques stars, de la création et un anniversaire.

En novembre 2016, un nouveau nom apparaissait sur la scène culturelle montoise: le Manège changeait de nom et devenait Mars, pour Mons Arts de la Scène. Ce changement était intervenu au terme d'une année compliquée post-Mons 2015, où la structure s'est découverte financièrement au bord du gouffre, licenciant dans la foulée 19 personnes, abandonnant la médiathèque et une salle de concert (l'Alhambra) et réduisant sa programmation au minimum.

2017 devait être l'année du renouveau pour l'opérateur culturel montois, qui a modifié son fonctionnement en calquant sa saison suivant l'année civile, qui a abandonné ses liens avec le Manège de Maubeuge et s'est plus tourné vers la diffusion de spectacle qu'elle laissait auparavant aux Français. 

A l'heure où Mars présente sa saison 2 au Théâtre Royal, quel bilan tirer de la première saison de Mars? Très positif pour le directeur Philippe Degeneffe. "Nous avons dépassé les 30.000 tickets vendus à ce jour, nous atteignons un taux de remplissage des salles de 80%, se réjouit-il. "Si on met de côté 2015 qui était une année exceptionnelle, notre fréquentation est plus élevée qu'avant."

Public au rendez-vous et satisfait semble-t-il: "Nous avions une belle programmation et nous avons des retours très positifs. Les gens ont intégré le changement de nom et la réorientation du projet." Ce qui n'était pas gagné, vu les turbulences traversées: "Nous avions beaucoup d'obstacles à sauter, on peut donc être satisfait de cette première année."

L'année de la confirmation

Pour la deuxième saison de Mars, il s'agira donc de confirmer l'élan positif: "c'est un peu comme un groupe au stade du deuxième album, qui doit confirmer le carton de son premier album", sourit le directeur. Et pour cela, Mars sort quelques stars de son chapeau: Roméo Elvis et Kid Noize assureront sans doute un carton auprès des jeunes, au théâtre du Manège.

Pour les parents et grands-parents, place à Véronique Sanson et Albin de la Simone, tandis que les amateurs de rock classique pourront fêter les 30 ans de leur émission radio favorite: les Classiques de Marc Ysaye. Outre ces "têtes d'affiche", une centaine de propositions rempliront le calendrier culturel montois, parmi lesquelles un volet création: sept créateurs présenteront leurs spectacles conçus à Mons durant les six premiers mois de l'année. 

Pour attirer le public, Mars va aussi s'appuyer sur les activités périphériques aux spectacles. Des activités en lien avec le spectacle principal, qui se déroulent avant ou après celui-ci.

Vivre une expérience

"On veut se différencier et faire en sorte que le spectacle ne soit pas limité à cette simple activité, mais que la soirée soit une véritable expérience. On part du principe que les solliciations sont très nombreuses et qu'il faut du courage pour sortir de chez soi, abandonner ses écrans, trouver une baby sitter, et accepter de prendre un risque, car on a aucune garantie que le spectacle nous plaira. C'est donc notre devoir de chouchouter le public qui vient."

Et le chouchouter, ça passe aussi par l'accueillir dans de meilleures conditions: Mars prévoit d'investir dans un bar plus accueillant à la salle Arsonic. C'est aussi l'aider à trouver à garer: dès l'an prochain, il pourra utiliser les parkings de la RTBF et de la province.

A noter que seul six mois ont été annoncés: "l'an dernier, on a remarqué que les tickets s'étaient surtout vendus pour les spectacles des 6 premiers mois et nous avions dû relancer une communication après les vacances. Nous avons donc décidé d'annoncer les spectacles jusqu'au Festival au Carré, début juillet. On annoncera la seconde partie de la saison lors du festival."

Ce qui laisse aussi une souplesse pour caler des spectacles pour la fin de l'année, en musique plus spécifiquement. Ou pour étoffer le programme de la biennale Mons 2018.

Le programme détaillé: surmars.be

60 ans pour l'ORCW

L'année 2018 marque aussi l'anniversaire de l'Orchestre Royal de Chambre de Wallonie, qui soufflera ses 60 bougies. "C'est le plus ancien ensemble de musique classique à bénéficier du label 'royal'", précise Philippe Degeneffe. L'ensemble de l'ORCW, on a pu l'entendre à l'oeuvre lors du dernier concours Reine Elisabeth notamment.

Accueilli depuis 50 ans à Mons, il proposera près d'une vingtaine de concerts, allant de l'interprétation de grands chefs-d'oeuvres aux pièces plus rares et accompagnera tant des musiciens confirmés que des jeunes solistes. A noter aussi une série de spectacles dédiés aux enfants, comme la semaine "ORCW for kids", ou le classique à portée des enfants de 6 à 12 ans. 

Enfin, pour son anniversaire, les moins de 25 ans ont un accès gratuit à tous les concerts de l'ensemble, tout comme les personne nées en 1958.

Une rallonge de 800.000 euros demandée

C'est la semaine prochaine que la ministre de la culture Alda Gréoli doit se prononcer sur le renouvellement des contrats-programmes liant les centres culturels à la Fédération Wallonie-Bruxelles et leur assurant un soutien financier de la part de cette dernière. 

Actuellement, Mars reçoit 5 millions d'euros de la part de la Fédération pour remplir ses missions, pami lesquelles assurer un soutien à la création. Pour le nouveau contrat-programme, l'opérateur culturel montois a demandé une rallonge de 800.000 euros.

"C'est justifié par une augmentation de notre activité et par un rattrapage du passé, dont les coûts de fonctionnement de l'Arsonic et du 106 (ndlr: ancien siège de Mons 2015 passé dans le giron de Mars)", argumente Philippe Degeneffe. 

"Ce sont des outils merveilleux, et on remercie la Fédération de nous les avoir confiés, mais il faut aussi nous donner les ressources pour les faire fonctionner", conclut le directeur.