MUSIQUE

Un théâtre de légende pour les Namurois à Buenos Aires

 Le Chœur de chambre de Namur, accompagné du chœur «local» de Mendoza, en pleine répétition, lundi après-midi, au Teatro Colon de Buenos Aires.
Le Chœur de chambre de Namur, accompagné du chœur «local» de Mendoza, en pleine répétition, lundi après-midi, au Teatro Colon de Buenos Aires.-Chœur de chambre de Namur

Première étape d’une tournée musicale en Amérique du sud, lundi à soir, pour le Chœur de chambre de Namur. Et c’est dans le mythique Teatro Colon de Buenos Aires que le Chœur de chambre a chanté «L’Orfeo» de Monteverdi. Et il y avait aussi des Belges dans la salle!

Ils sont arrivés fatigués, après plus de 15 heures de voyage, mais ils ont tout donné, lundi soir, sur la scène du Teatro Colon de Buenos Aires. Le chœur de chambre de Namur était, en effet, la tête d’affiche du jour du plus célèbre des théâtres lyrique d’Amérique du Sud. Avec à sa tête son chef, Leonardo Garcia Alarcon et avec l’orchestre de ce dernier La Cappella mediterranea, ils ont proposé au public argentin une plongée dans l’histoire de l’opéra européen avec L’Orfeo de Monteverdi. Monteverdi, c’est l’homme de la naissance de l’opéra. Et cette année 2017 marque aussi le 450e anniversaire de sa naissance, en 1567. Tandis que sa première grande œuvre lyrique, L’Orfeo a, elle, été composée, il y a tout juste 410 ans, en 1607. Rien d’étonnant dès lors que Monteverdi et son Orfeo aient été de toutes les sorties discographiques cette année, mais aussi sur les scènes du monde entier.

Garcia Alarcon, de Buenos Aires à Namur

Chez nous, c’est le Chœur de chambre de Namur qui, sous la direction de Leonardo Garcia Alarcon et accompagné de La Cappella Mediterranea, a porté la musique de Montverdi en Belgique et en Europe. L’Orfeo créé en mai dernier a déjà fait les beaux soirs de grandes salles belges comme Bozar ou dernièrement les Nuits de septembre à l’Opéra royal de Wallonie. Mais cette fois, c’est pour le chœur – qui fête aussi ses trente ans – le grand saut. On le sait le directeur artistique Leonardo Garcia Alarcon est né non loin de Buenos Aires. Buenos Aires où a été construit, aux tournants des XIXe et XXe siècles, un des plus beaux théâtres lyriques du monde: le Teatro Colon. Une acoustique exceptionnelle doublée d’une capacité incroyable – 4 000 spectateurs dans un théâtre à l’italienne! – et une histoire qui s’inscrit dans celle du XXe siècle mais aussi d’un pays et d’un continent agités… C’est donc pour Leonardo Garcia Alarcon un retour aux sources mais aussi une émouvante première: diriger un chœur et un orchestre dans cette salle où il a un peu découvert la musique lyrique.

Le chœur et son «fan-club»

Lundi soir marquait donc les débuts d’une tournée sud-américaine pour le Chœur de chambre de Namur. Un beau défi auquel se sont associés pas mal de Namurois. Ainsi, plusieurs «Amis du festival musical de Namur», un groupe de passionnés soutenant les activités du chœur, étaient présents. Certains vont continuer la tournée avec les Namurois, d’autres vont en profiter pour découvrir le pays. «Dès que nous avons su que le Chœur chanterait au Teatro Colon, nous n’avons pas voulu manquer l’occasion», nous confie une dame passionnée, «ça fait plus d’un an que nous préparons ce voyage».

Un public moins chaleureux qu’en Belgique

Quant aux Argentins qui étaient très nombreux – la salle était quasiment comble ce lundi soir – ils ont accueilli l’œuvre de Monteverdi de façons très diverses. Une partie de la salle se contentant – à la française – d’applaudir avant de quitter poliment mais rapidement les lieux tandis que le reste des spectateurs, dont le public des derniers balcons souvent le plus exigeant, ont manifestement très apprécié cette Orfeo européenne. Car, c’est aussi la richesse des grandes tournées mondiales, la découverte d’un autre public et de nouvelles expériences musicales. À tous les coups, les Namurois – et leur public habituel – seront gagnants. En attendant, les musiciens préparent déjà leur second concert à Buenos Aires. Ce sera ce mercredi soir avec, cette fois, Il diluvio universale de Falvetti.

Suivez notre page Culture sur Facebook