La tragédie des migrants et le monde virtuel au centre d'«On la trouvait plutôt jolie». Un roman bâti sur d’ingénieux faux-semblants.