EVERE

À Bruxelles, la religion musulmane préserve l’utilité des cimetières

-EdA - J. R.

À Bruxelles, 59,1% des défunts sont retournés en poussière via la crémation en 2015. Mais alors que la tendance en Flandre (67,3%) et Wallonie (41,2%) est à la hausse, les chiffres stagnent dans la capitale. Voire baissent. Le rite funéraire musulman qui impose la mise en terre, additionné à la diminution des rapatriements pour les 2e et 3e générations, risquent-ils de faire craquer les cimetières bruxellois?