Tournai

VIDEO | DJ depuis 40 ans, Stéphane Baert fera les Folies 80

Révélé comme DJ au début des seventies, le Tournaisien Stéphane Baert a traversé toutes les modes avec ses platines (et, plus récemment, ses MP3) et il n’est pas près de s’arrêter.

Avec son diplôme de l’ITMA en poche, Stéphane Baert était plutôt destiné à travailler dans le secteur de la restauration. Il avait d’ailleurs fourbi ses premières armes au Bouquet roubaisien, à Mont-de-l’Enclus, où il eut l’honneur de servir la reine Fabiola en personne. Il reste toujours attaché à cette profession et il la pratique, aujourd’hui encore, quelques heures par semaines, au sein du nouvel établissement dottignien de Jérémy Vanderbeke, le « Gaston Vouzote ».

Mais c’est vers le monde de la nuit que le hasard allait le conduire alors qu’il n’avait encore que 15 ans. C’était il y a tout juste 40 ans.

« À l’époque, on m’a demandé d’animer une soirée au ‘‘Chez nous’’, à Ellezelles, se souvient-il avec une pointe de nostalgie. J’étais tellement timide que je me cachais derrière les consoles… En ce temps, là, on passait des 45 tours ou des maxi 45 tours… Dont l’incontournable ‘‘Nice ans slow’’ de Jesse Green qui marche toujours bien aujourd’hui d’ailleurs… » (et qui sert de fond sonore à notre vidéo).

Par la suite, Stéphane ne cessera d’enchaîner les collaborations avec les boîtes qui se multipliaient dans la région : la Diligence à Helchin, la Concorde à Pottes, l’Alta Ripa à Outryve, l’Appolo à Mont-de-l’Enclus… C’est dans cette dernière qu’il rencontra Willy Van Lee, cofondateur de la radio WLS pour laquelle Stéphane a été invité à collaborer.

Les années quatre-vingt le verront mixer en Belgique, mais aussi en France, pour divers événements et des ouvertures de grandes surfaces mythiques comme Mammouth ou Castorama où on le présentait comme une véritable vedette.

Dans les années 90, on le retrouve derrière les platines de l’Appolo toujours, mais aussi du Punch à Avelgem, du Show boat à Warcoing ; ce qui l’amène tout doucement vers les années 2000 à la Pergola à Rumes, au club 13 à Herseaux, au Cap’tain dont il assure l’ouverture à la Glanerie, mais aussi vers l’Indigo et le Tirwana, à Tournai. Des collaborations trop rares dans sa propre ville où il regrette ne pas pouvoir travailler plus fréquemment. Les années 2000 correspondent également à l’ouverture successive des trois discothèques « Stefen’s café », à la rue Duquesnoy dans un premier temps, à la chaussée de Bruxelles ensuite et sur la place de Lille, à Tournai, pour peu de temps. C’est aussi l’époque du Contre Quai au quai du Marché au poisson et du Petit palais à deux pas du Palais de Justice de Tournai. Des établissements qu’il ne possède plus aujourd’hui, car il a décidé de se consacrer exclusivement à sa passion qui est devenue son métier, celle de DJ généraliste.

Folies 80.

Il s’agit d’un événementconçu par le Français Vincent Tréhout et qui sortira en même temps que la suite du film « Stars 80 » au début décembre.

« C’est un projet global avec non seulement une animation par un DJ, mais aussi avec des danseuses disco, des écrans géants… », précise Stéphane Baert. Il emmènera le Tournaisien dans une tournée qui passera par Nantes, Strasbourg, Tournai (le 2 décembre au Relais du Vieux Comté à Mourcourt), Lille (le 16 décembre) Ainsi que pour quelques avant-premières de la tournée « Stars 80 (2) ».

Pour le reste, Stéphane continue son job de DJ généraliste en animant, par exemple, le marché de Noël de Mouscron à trois reprises en décembre. Et quand il n’est pas derrière les platines, c’est pour se consacrer à sa famille, et notamment à sa charmante petite-fille, Isaline, née il y a tout juste deux mois…

++ D'autres détails sur le parcours de Stéphane Baert dans l'édition de l'Avenir/Le Courrier de l'Escaut de ce jeudi 26 octobre 2017 ++