JUDICIAIRE

Meurtre du gérant d’une pizzeria de la Médiacité: l’accusé affirme qu’il a paniqué

 La chambre criminelle du tribunal correctionnel de Liège a entamé mercredi le procès de Mehmet B., un Liégeois âgé de 26 ans poursuivi pour avoir commis le meurtre d’Ilyas Ceyhan.
La chambre criminelle du tribunal correctionnel de Liège a entamé mercredi le procès de Mehmet B., un Liégeois âgé de 26 ans poursuivi pour avoir commis le meurtre d’Ilyas Ceyhan.-ÉdA Hermann

Le procès de Mehmet B., accusé du meurtre d’un commerçant de la Médiacité, a commencé ce mercredi. Les faits se seraient déroulés dans les bois de Ligneuville (Malmedy) et l’accusé et un ancien employé d’un snack hutois.

La chambre criminelle du tribunal correctionnel de Liège a entamé mercredi le procès de Mehmet B., un Liégeois âgé de 26 ans poursuivi pour avoir commis le meurtre d’Ilyas Ceyhan, le gérant d’une pizzeria de la Médiacité. Lors de son interrogatoire, le prévenu a soutenu qu’il avait été menacé et insulté par Ilyas Ceyhan avant de faire feu sur lui.

Ilyas Ceyhan, 36 ans, avait été abattu de plusieurs balles. Il avait disparu le 28 avril 2016 en milieu de soirée après la fermeture de son commerce, une pizzeria située à la Médiacité de Liège. L’enquête avait démontré que Mehmet B. était l’auteur des faits. Le cadavre de la victime avait été retrouvé dans la cave de son immeuble.

Lors de la première matinée d’audience consacrée à l’instruction de l’affaire, Mehmet B. a précisé la nature des liens qui l’unissait à Ilyas Ceyhan. Ces deux amis s’étaient rencontrés en janvier 2016 par l’intermédiaire d’une amie commune. Ils s’étaient entendus directement et avaient réalisé des sorties d’amusement. Mais en mars 2016, un incident les avait déjà opposés au sujet d’une fille. Selon Mehmet B., Ilyas Ceyhan s’était énervé sur lui.

Le jour des faits, les deux protagonistes avaient décidé de se rendre à Verviers pour rencontrer des filles. Mais, selon Mehmet B., une dispute aurait éclaté dans la voiture et Ilyas Ceyhan aurait formulé des reproches à Mehmet B. Très énervé, il avait immobilisé sa voiture et demandé à Mehmet B. d’en descendre.

«Il m’avait d’abord traité de «fils d’âne». Il m’a demandé de sortir de la voiture. Quand j’ai claqué la porte, il m’a encore traité de «fils de pute». Je suis revenu sur mes pas avec l’intention de le frapper. Mais il a pointé une arme vers moi en affirmant qu’il pouvait me tuer. J’ai entendu le bruit de la manipulation de l’arme. Je me suis emparé de cette arme car ses injonctions étaient sérieuses. Dans une altercation physique, je l’ai repoussé. J’ai entendu le bruit de l’arme et la balle est partie. Il ne réagissait plus, j’ai pensé qu’il était mort», a décrit le prévenu.

Mehmet B. affirme qu’il a paniqué et qu’il a connu un moment de confusion après cette première partie de la scène. Il a pris peur du réveil éventuel d’Ilyas Ceyhan et de sa réaction. Il a alors décidé de placer le corps dans le coffre de la voiture. Mais Ilyas Ceyhan a eu une réaction et a tenté de le repousser avec sa main.

«Il a prévenu qu’il y aurait des répercussions sur ma famille. J’ai réagi avec l’arme. Trois coups de feu sont partis à ce moment-là. J’ai refermé la porte du coffre et j’ai pleuré. J’ai voulu déposer son corps devant son domicile. Mais j’ai eu peur de ne pas être cru dans ma version des faits. J’ai alors placé le cadavre dans un puits qui se trouvait dans la cave de mon immeuble», a indiqué le prévenu.

Mehmet B. affirme qu’il est encore sous le choc des faits qu’il a commis et dont il prétend qu’ils ne correspondent à sa personnalité. Il a ajouté qu’il avait pensé plusieurs fois au suicide depuis les faits.

L’audience reprendra ce mercredi à 14h30 par les auditions des différents experts.