LIÈGE

Le Marché matinal de Liège, une fourmilière de 30000 m2 occupée à 100%

 Les chambres froides de la société Père Lejeune et les fruits et légumes de la société Starfresh.
Les chambres froides de la société Père Lejeune et les fruits et légumes de la société Starfresh.-ÉdA Hermann

Fondé dans les années 60, le marché couvert de Liège a connu une longue traversée du désert. Il revit aujourd’hui, tel un petit Rungis liégeois, abritant 58 exploitants et accueillant 100 000 visiteurs par an, principalement des professionnels de l’alimentation et de l’horeca.

Soyons sincères. Lorsqu’on passe aux abords du Marché matinal de Liège, à deux pas de la brasserie Jupiler, on ne se doute guère qu’une activité y foisonne chaque matin dès 4 heures. Ce marché couvert d’une trentaine de milliers de mètres carrés s’apparente à un petit Rungis liégeois qui revit, après une période de traversée du désert.

C’est en 1964 que le Marché matinal de Liège a vu le jour, de manière à permettre aux marchands de la ville de s’approvisionner en denrées alimentaires, en évitant la congestion automobile croissante en ces golden sixties. Rapidement, le site devient une petite ville dans la ville, avec une centaine de grossistes et producteurs qui fournissent le secteur alimentaire. Le Marché matinal de Liège, une fourmilière de 30000 m2  occupée à 100% L’entrée du marché, à quelques mètres à peine de l’usine Jupiler.-ÉdA Hermann

Mais la grande distribution est passée par là, les petits commerces se sont faits rares. Cette conjoncture a impliqué, à partir des années 80, une longue traversée du désert. Le cercle vicieux s’est enclenché: les clients ont déserté le site, celui-ci n’a plus été rénové, le taux d’occupation a chuté jusqu’à 50% à 60% du site.

Après la traversée du désert, le renouveau

L’histoire des lieux prend une nouvelle tournure, depuis quatre ans. Un nouveau conseil d’administration s’est mis en place en 2013 et a choisi d’offrir de nouvelles chances au Marché matinal, sentant que la société entamait sa mutation des modes de consommation alimentaire, une opportunité à saisir.

Ce renouveau s’est tout d’abord appuyé sur quelques investissements substantiels, principalement dans la rénovation de l’infrastructure devenue vétuste. «En 2014, nous avons lancé un programme d’investissement de 400 000 euros. Sentant les effets positifs, nous avons lancé une deuxième salve d’investissement similaire en 2015, qui nous a permis de retrouver un taux d’occupation de 80%», explique le directeur, William Heynen.

Un taux d’occupation… de 110%

Aujourd’hui, avec 58 exploitants, le taux d’occupation du marché s’élève tout bonnement à 100%. «On pourrait même parler de 110%, puisque le site comprenant 27 000 m2 auparavant. Nous occupons aujourd’hui des espaces qui étaient inexploités, pour atteindre 30 000 m2.»

Depuis 2015, le Marché de Liège se trouve même en situation bénéficiaire sur le plan comptable, ce qui va lui permettre de consentir de nouveaux investissements sur fonds propres. Précisons que le Marché matinal de Liège est une société coopérative et que chaque investissement se répartit conformément au partage des parts: 60% pour la Ville et le reste divisé entre la Province et les partenaires privés.

De nouveaux projets devraient fleurir sur le site, dans les mois et les années à venir. Très prochainement, une surface de 350 m2 jamais exploitée devrait venir s’ajouter au site. Un autre terrain de 2000 m2 pourrait bien accueillir, à moyen terme, une infrastructure adaptée aux producteurs locaux. Le Marché matinal de Liège, une fourmilière de 30000 m2  occupée à 100% Dans les installations de Père Lejeune.-ÉdA Hermann Le Marché matinal de Liège, une fourmilière de 30000 m2  occupée à 100% -ÉdA Hermann

Comment expliquer ce renouveau?

Les investissements dans l’infrastructure ne sont évidemment pas étrangers au renouveau que connaît le marché. Le changement de mœurs qui s’opère au niveau alimentaire constitue une autre explication. Le besoin de proximité, le retour de commerces locaux, la recrudescence des circuits courts permet (et permettra) au marché de proposer une infrastructure à deux pas de la ville où fournisseurs et professionnels de l’alimentation peuvent se croiser.

La présence en région liégeoise de nombreuses communautés issues de l’immigration, enclines à faire des achats dans des commerces de quartier, notamment beaucoup de fruits et légumes, représente une autre opportunité.

Qui occupe les lieux?

Quelque 58 exploitants occupent aujourd’hui le Marché matinal de Liège. C’est grâce à eux que 100 000 professionnels viennent chaque année se fournir sur place. La grande majorité des exploitants sont des fournisseurs dans le secteur alimentaire, les fruits et légumes étant bien représentés. «À vrai dire, le seul secteur qui nous manque est la poissonnerie, mais nous ne désespérons pas d’en accueillir un jour», glisse William Heynen.

Quelques autres types fournisseurs y occupent les locaux. Il s’agit par exemple de la société Mascaron, spécialisée dans la location de matériel Horeca. D’autres sociétés n’ont pas de lien avec l’alimentaire. Elles sont arrivées à une époque où le marché ne demandait qu’à voir ses halls exploiter. «Mais aujourd’hui, nous n’acceptons plus que les exploitants du secteur alimentaire.» Le Marché matinal de Liège, une fourmilière de 30000 m2  occupée à 100% L’entreprise de culture de pommes bio Ballat y occupe des locaux.-ÉdA Hermann

Qui vient se fournir?

Le Marché matinal de Liège s’adresse à tous les professionnels, qu’il s’agisse de restaurants, sandwicheries ou établissements Horeca au sens large. Cela comprend aussi les épiceries, magasins d’alimentations plus ou moins grands et, dans une certaine mesure, la grande distribution.

«À vrai dire, nous ne refusons personne à l’entrée, les particuliers peuvent venir. Mais le type de marchandises que l’on trouve ici s’adresse plutôt aux professionnels», indique Luc Gillard, président du conseil d’administration. Concrètement, on ne vous vendra pas quelques tranches de jambon et un ravier de six pommes, mais le jambon entier et le cageot.

La seule condition d’accès au marché reste finalement le droit de parking qui s’élève à 1,50 euro. Il ouvre le sésame vers une véritable petite ville dans la ville, qui s’éveille dès 4 heures du matin pour se transformer en fourmilière jusqu’à l’heure du réveil et cesser ses activités jusqu’aux aurores le lendemain.

www.marche-matinal-de-liege.be