La résurrection de Zone Telechargement: le piratage défie l’autorité

 Le Zone Telechargement de 2017 n’est pas une copie miroir du site fermé en 2016, mais une reconstruction à part entière.
Le Zone Telechargement de 2017 n’est pas une copie miroir du site fermé en 2016, mais une reconstruction à part entière.-Capture d’écran

Une version revue et corrigée du célèbre site de piratage attire chaque mois des millions d’Internautes, au nez et à la barbe de la justice.

Le 28 novembre 2016, la gendarmerie française orchestre la fermeture brutale du site Zone Telechargement.

Avec sept interpellations ponctuées de trois gardes à vue, le célèbre annuaire de piratage est décapité.

Adieu ces milliers de liens qui autorisent le téléchargement illégal de films, de séries, de jeux…

Rideau tiré, clap de fin?

Bientôt onze mois après le tweet de triomphe des autorités (ci-dessus), Zone Telechargement est bel et bien en vie.

Certes, ce n’est plus la plate-forme de l’époque, dont le nom de domaine était enregistré à Nassau, aux Bahamas.

Porté sur les fonts baptismaux en décembre 2016, le Zone Telechargement réinventé pour échapper à la justice s’appuie sur une adresse URL basée… aux îles Samoa.

Contre toute attente, le Zone Telechargement des Samoa n’est pas un attrape pigeon, comme le rappelle une étude d’Hadopi.

La résurrection de Zone Telechargement: le piratage défie l’autorité Selon les chiffres d’Hadopi, le nouveau Zone Telechargement se concentre avant tout sur les séries, à condition de compter 1 épisode = 1 fichier.-Capture d’écran

Les équipes de l’autorité française pour la protection des droits sur Internet ont autopsié le site illégal et ses liens (voir ci-dessus).

Leurs conclusions sont implacables.

Nous ne sommes pas dans le cadre d’une pâle copie, d’une coquille vide appelée à attirer les Internautes juste pour leur imposer des publicités.

«En juin 2017, Zone Telechargement proposait environ 17 500 films, 57 000 épisodes de séries (dont 15 000 épisodes de programmes animés) et plus de 500 jeux vidéo.»

Avec une «reconstitution très rapide» du catalogue, il n’est pas étonnant que le portail génère à nouveau un trafic considérable.

Nombre de visites en juillet 2017: 61 millions, selon la société SimilarWeb.

La résurrection de Zone Telechargement: le piratage défie l’autorité Parti de rien, le site en renaissance a rapidement reconstruit un annuaire de liens généreusement fourni.-Capture d’écran

Comme le souligne avec pertinence le rapport d’Hadopi, ce n’est pas la communauté qui a assumé l’essentiel de l’effort de reconstruction.

«90% des titres ont été mis à disposition par les 14 comptes contributeurs les plus actifs, les cinq premiers d’entre eux étant à l’origine de la moitié des 22 000 titres (NDLR: lorsque l’on dénombre les séries par saison) mis en ligne (…)»

Travail à temps plein

L’idéal communautaire, au sein duquel chaque Internaute soumet ses liens menant à des contenus piratés, s’est évanoui dans la nature.

Au profit de la professionnalisation?

C’est un pas que franchit allégrement Hadopi.

«(…) l’activité de certains comptes contributeurs laisse supposer un travail à temps plein au regard des volumes en cause, compte tenu du temps nécessaire à l’envoi des fichiers contrefaisants aux plateformes d’hébergement, au référencement des liens vers ces fichiers, puis à la création des fiches pour chaque œuvre sur Zone Telechargement.»

Tout pour la pub

L’intérêt de bosser à temps plein pour le site, c’est évidemment de générer un maximum de revenus publicitaires.

«Le site repose sur une double source de revenus publicitaires», analyse Hadopi. «Certains collectés directement sur le site lui-même en provenance d’annonceurs semblant eux-mêmes frauduleux, et d’autres provenant, à leur insu, d’annonceurs notoires, par le recours à un obfuscateur de liens.»

Des annonceurs tout à fait sérieux qui se retrouvent contre leur gré sur les pages de liens? L’exemple ci-dessous le prouve!

La résurrection de Zone Telechargement: le piratage défie l’autorité Il est fort à parier que Proximus et Emirates n’ont pas conscience que leurs publicités sont relayées sur ce site spécialisé dans les liens illégaux.-Capture d’écran

Une mauvaise fréquentation?

Est-il dangereux de télécharger du contenu illégal sur Zone Telechargement version 2017?

Outre l’atteinte aux droits d’auteur, l’accumulation des fenêtres publicitaires qui s’ouvrent dès que vous souhaitez télécharger est porteuse de risques.

«(…) à chaque clic sur les pages (…), une fenêtre publicitaire s’ouvre en pop-up pour proposer des abonnements à des services de vidéo à la demande qui pourraient présenter des risques financiers pour les internautes.»

L’impuissance des autorités

La fermeture tonitruante du Zone Telechargement historique en novembre 2016 est en opposition flagrante au silence qui entoure sa renaissance.

Au lieu de sanctionner à nouveau, les autorités françaises, visiblement impuissantes, se contentent d’analyser en détail le successeur via ce rapport édifiant d’Hadopi.

+ Cliquer ici pour consulter le rapport Hadopi consacré à Zone Telechargement

t411 aussi de retour

Nouvelle preuve de l’incapacité des autorités à couper les ailes d’un site de piratage: le retour de t411.

Célèbre répertoire francophone de liens BitTorrent, le site t411 originel a connu les affres de la fermeture soudaine le 26 juin 2017.

En août 2017, une copie quasi conforme a rapidement pris le relais.

Elle est toujours en ligne, défiant plus que jamais la justice française.