VU SUR INTERNET

«TCC, trois lettres qui changent des vies» et une vidéo qui fait le tour du web

À l’aube de la semaine québécoise du traumatisme craniocérébral (TCC), une vidéo fait le tour des réseaux sociaux. Elle dévoile des témoignages poignants de familles unies dans le traumatisme.

Les auteurs de la vidéo semblent les premiers surpris. Publiée il y a trois jours sur la page Facebook dédiée à la «semaine québécoise du traumatisme craniocérébral», la vidéo comptabilise déjà plus de 100.000 vues et 1600 partages.

Il faut dire qu’elle vous prend directement et sans relâche aux tripes. Elle débute par le témoignage d’une mère, aux côtés de sa fille, victime d’un traumatisme craniocérébral (TCC) à l’âge de 21 ans: «Elle me demandait de la tuer», en pleure encore la maman.

«TCC, trois lettres qui changent des vies». Et qui peuvent la changer du jour au lendemain, comme Pierre-Yves, victime d’une chute alors qu’il jouait au football. Ou un couple, victime d’un accident de la route.

Une mère d’un enfant atteint d’un TCC insiste: «Quand on me dit que j’ai beaucoup de courage, cela me met hors de moi. Ce n’est pas du courage que j’ai, c’est de l’amour.»

La semaine québécoise du traumatisme craniocérébral se déroulera du 16 au 22 octobre prochain.