CULTURE

Cinéma: les joyeux débuts de la Mouscronnoise Fantine Harduin (12 ans)

De sa participation à «Happy End», le film de Michael Haneke présenté à Cannes cette année, l’actrice mouscronnoise Fantine Harduin (12 ans) ne retire que du positif.

L’interview n’a pas duré longtemps. Et pour cause: Fantine Harduin est encore en plein tournage. À 12 ans, c’est déjà une star. Sur le net, on trouve même une vidéo «rétrospective» de sa carrière.

Il faut dire que la Mouscronnoise tourne depuis l’âge de 7 ans: «Je ne pensais pas devenir comédienne, mais suite à un numéro de télépathie avec mon papa pour l’émission Belgium’s Got Talent, des personnes m’ont dit que j’avais un truc sur scène. Alors j’ai tenté des castings et je n’ai plus arrêté, j’adore ça.» Là voilà désormais à l’affiche de Happy End, dernier film du doublement «palmé» Michael Haneke.

Tu veux ou tu veux pas?

Au départ, le réalisateur cherchait une fille de 15 ans pour le rôle: «Autant dire que c’était mal barré!» Néanmoins, Fantine et son agente sont montées à Paris: «Je ne correspondais pas physiquement au rôle, mais j’ai quand même été présentée à Michael Haneke.»

À partir de là ce fut un vrai tour de girouette: vous êtes prise. Et puis non. Et encore oui. De nouveau non. De quoi rendre un peu marteau. À l’arrivée, non seulement Fantine a été sélectionnée, mais le rôle a carrément été adapté pour elle. «Je ne connaissais pas Haneke et je pense qu’on peut me pardonner vu mon âge, mais j’ai quand même regardé Amour. C’est vrai que c’est un film très particulier, dur, noir. C’est compliqué à appréhender, mais j’ai sincèrement aimé.»

Fantine à l’école

Malgré son talent et un parcours déjà bien sur les rails, Fantine est de nature timide et sur le tournage, elle fut «un peu intimidée» par toutes ces grosses pointures: «Mais ils ont été super gentils, je les remercie beaucoup pour ça. C’est intéressant de travailler avec Haneke, car il est très pointilleux et sait ce qu’il veut.»

Bref, que du bonheur! Et du travail aussi… «À l’école ce n’est pas toujours évident, concède-t-elle. Mais les élèves m’aident. Souvent je dois rester travailler pendant la récréation. Ce n’est pas facile, mais de cette manière je peux vivre ma passion

Fantine veut faire du cinéma son métier, et a d’ailleurs commencé le théâtre pour se professionnaliser.

«Happy End», drame de Michael Haneke. Durée: 1 h 47. En salles depuis le 11/10.

Suivez notre page L'Avenir Wallonie Picarde sur Facebook