CULTURE

Vous pourrez bientôt papillonner dans les œuvres des Wolfers

La collection Wolfers reprise par la Fondation Roi Baudouin comprend pas moins de huit bijoux uniques, trois sculptures, une peinture, treize objets décoratifs et 129 croquis. Une partie sera exposée au Cinquantenaire.
La collection Wolfers reprise par la Fondation Roi Baudouin comprend pas moins de huit bijoux uniques, trois sculptures, une peinture, treize objets décoratifs et 129 croquis. Une partie sera exposée au Cinquantenaire. -Fondation Roi Baudouin

Les œuvres des Wolfers, le père Philippe et le fils Marcel, seront bientôt visibles au Cinquantenaire. Ces trésors des figures iconiques de l’Art nouveau ont été acquis par la Fondation Roi Baudouin.

La Fondation Roi Baudouin a récemment acquis plus de 150 œuvres ainsi qu’un important fonds d’archives de Philippe Wolfers, figure emblématique de l’Art nouveau en Belgique en matière d’orfèvrerie et de création de bijoux mais aussi de son fils Marcel, sculpteur et artiste-peintre sur laque de renom, indique lundi la Fondation Roi Baudouin dans un communiqué.

La collection comprend pas moins de huit bijoux uniques, trois sculptures, une peinture, treize objets décoratifs et 129 croquis dont l’acquisition a été rendue possible grâce au partenariat mis en place entre la famille Wolfers, les Musées Royaux d’Art et d’Histoire (MRAH) et la Fondation Roi Baudouin.

Parmi les bijoux figurent notamment le pendentif «Libellule» crée par Philippe Wolfers (1859-1929) datant de 1903 ou encore le pendentif «Cygne et Serpent» réalisé par l’orfèvre bruxellois en 1899 pour son épouse. Cette collection est d’autant plus exceptionnelle, souligne la Fondation, que très peu de bijoux de Philippe Wolfers ont été conservés. Nombre d’entre eux ont, en effet, été démontés afin de recréer de nouveaux bijoux après en avoir récupéré les matériaux rares et précieux.

Parmi les œuvres de Marcel Wolfers (1886-1976), ont notamment été acquises la sculpture en ivoire intitulée «Victoire à la Couronne de Laurier» (1931) et la «Diane Chasseresse» (1930) dans laquelle l’artiste a utilisé la technique de la laque sur bronze, poursuit la Fondation.

La famille Wolfers a par ailleurs cédé d’importantes archives comprenant notamment le Catalogue des Exemplaires uniques de Philippe Wolfers, des lots de correspondances et près de 1.400 photos originales.

La majeure partie de la collection sera exposée à partir du 29 novembre prochain au sein de la nouvelle présentation du magasin Wolfers aux Musées Royaux d’Art et d’Histoire au Cinquantenaire. L’intérieur de la boutique Wolfers Frères située rue d’Arenberg à Bruxelles et conçue par Victor Horta en 1909 y a en effet été reconstitué et servira de décor à la collection Art Nouveau et Art déco du musée.