BELGIQUE

Marathon de Bruxelles: Belfius va rétablir l’égalité des primes

Marathon de Bruxelles: Belfius va rétablir l’égalité des primes

1000€ d’un côté, 300€ de l’autre. Belfius a promis de rétablir l’égalité des primes suite à la polémique née sur ce marathon de Bruxelles. BELGA

Suite à la polémique née hier au marathon de Bruxelles, Belfius a décidé d’accorder la même prime à la première dame qu’au premier homme.

Mille euros pour le vainqueur homme, 300€ pour la première dame. Sur le podium du marathon de Bruxelles, les deux coureurs qui avaient avalé 42,195 km ce dimanche étaient sur la même marche mais pas avec le même chèque. Et cela a logiquement choqué. La polémique a enflé et n’a pas servi l’image de Belfius dont le logo était bien visible sur ce chèque géant.

Pour la banque, c’est ce qu’on appelle un «bad buzz». Les médias sociaux s’en sont emparés, relayés ensuite par la presse: pour soigner l’image de la banque, on pouvait mieux faire.

Ce lundi matin, la banque a décidé de récompenser la première dame avec le montant identique que son homologue masculin. On s’excuse, et on s’explique aussi du côté du banquier. «On regrette fortement ce qui s’est passé. Mais les prix attribués tombent sous la gestion opérationnelle des organisateurs. Si on l’avait su, ça ne se serait pas passé comme ça.» Pour cette édition 2017 et pour toutes les éditions à venir, la banque exigera donc de l’organisateur (Golazo) de mettre tous les podiums, hommes et dames, sur un même pied d’égalité.

Une question de niveau

Pour l’organisateur justement, il y a une explication : il n’était pas du tout question de faire une différence de sexe mais bien de niveau. « Nous avons voulu attirer des professionnels chez les hommes, explique Gert Van Goolen, responsable communication chez Golazo. Le montant était donc logiquement plus élevé. Suite à la polémique, nous avons augmenté la récompense chez les femmes. Du coup, c’est un beau prix pour une course amateur côté femme! »

Pour cette édition 2017 et pour toutes les éditions à venir, la banque exigera donc de l’organisateur de mettre tous les podiums, hommes et dames, sur un même pied d’égalité. Une plainte a été déposée à l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes qui ne se prononce pas sur la polémique en tant que telle sans analyse juridique.