HUY

Huy: la foire de Statte à 1€ continue de prospérer

La sixième foire à 1€ de Statte est lancée. Jusqu’au 5 novembre, les familles pourront s’y divertir pour «trois francs six sous».

L’écrin industriel du port de Statte, à Huy, accueille en ce moment la foire à 1€. Une fête foraine qui se veut familiale et à la portée des plus petites bourses. Cette sixième édition – qui démarrait vendredi – amène aussi son lot de nouveautés et aura lieu jusqu’au 5 novembre, avec une montagne (Russe) d’animations programmées. «C’est mon mari Jean qui a initié la Foire à 1€ en 2012», explique la foraine hutoise Carine Schweig. Ci et là, sur le site, «ce sont près de quarante familles de forains qui tiennent une soixantaine de stands. On essaie aussi d’apporter quelques nouveautés chaque année, mais de façon raisonnable.»

Ce week-end, les badauds ont déambulé dans les allées, suivis par un fumet graisseux et sucré. Au loin, la musique techno de l’Invader, nouvelle attraction tentaculaire. Un peu plus près, le «bling bling» des jetons métalliques qui choient au Monte Carlo. La déco du Gotham ferait pâlir les plus endurcis tandis qu’à l’intérieur se produisent des choses louches. À côté, le Crazy Beach, sorte de parcours sur étage avec tapis roulants, brosses tournantes, jets d’air comprimé… Les plus téméraires, eux, s’aventurent dans l’indétrônable labyrinthe des glaces.

Trente mètres de glisse

Et ici, où presque tout est à 1€, pas de frustration pour les bambins. «Avec seulement 10€, on peut faire dix attractions. Les parents peuvent faire plaisir à leurs enfants, ce qui change des foires habituelles où ils doivent souvent se limiter. Bien sûr, on ne peut pas proposer cette offre toute l’année, mais en fin de saison comme actuellement, on peut se le permettre.»

Parmi les nouveautés, le toboggan de trente mètres de haut depuis lequel la vue sur le pont Père Pire, en toile de fond, doit être imprenable. Mais aussi Le restaurant de la foire, une brasserie self-service couverte (voir encadré).

Une foire qui fait écho au-delà de la vallée mosane. «L’année dernière, nous avons eu pas moins de 150 000 visiteurs. On peut espérer qu’il y en ait plus cette année», précise Carine Schweig. À condition que la pluie garde ses distances. «Nous constatons en tout cas que certains viennent parfois de loin: Liège, Verviers, Bruxelles, Luxembourg…», mais aussi des touristes français de passage dans la région.

Un resto avec du fait maison 

Pour se restaurer, il y a la brasserie couverte nouvellement installée. La salle peut accueillir une centaine de couverts. Vol-au-vent, Américain, frites, potage… «On essaie de proposer des produits de qualité et faits maison. Le potage, par exemple, a été préparé par une collègue, expliquent Steve Broncard et Georges Giop, à la barre du restaurant. Le service fonctionne comme dans un Lunch garden.» Ici, tout n’est pas à 1€, «mais nous sommes moins cher qu’une brasserie lambda.» Et les pâtisseries ont été offertes par une boulangerie andennaise. «Les petits pains sont gratuits, les boules de Berlin à 1€.»