BELGIQUE

Voici les zones où des éoliennes pourraient être implantées selon Belgocontrol

-ÉdA

Belgocontrol, la société qui gère le trafic aérien en Belgique, a cartographié les zones où des éoliennes pourraient à l’avenir être implantées à proximité d’aéroports sans avoir d’impact sur ses installations techniques.

Les critères utilisés pour formuler ses avis ont en effet été affinés, ce qui a permis d’élargir les zones bâtissables autour des installations aéronautiques. Les environs immédiats des aéroports et des radars restent toutefois des endroits où de telles infrastructures sont actuellement inenvisageables.

Belgocontrol affirme vouloir assumer sa part de responsabilité sociétale dans le développement de l’énergie renouvelable. Mais elle doit alors concilier cela avec ses impératifs de sécurité aérienne. En effet, pour chaque demande de permis de bâtir d’une éolienne à proximité d’un aéroport, la société chargée de la gestion de l’espace aérien doit remettre un avis préalable.

La proximité de grandes constructions, telles que des grues, bâtiments ou éoliennes, ont un impact sur les systèmes de radionavigation, radar et de communication utilisés par les contrôles aériens civil et militaire. Le signal de ces équipements peut ainsi être perturbé et donner lieu à un positionnement erroné des avions sur l’écran radar, à des appareils qui ne sont pas détectés ou un dérèglement des systèmes d’atterrissage.

Bien que 80% des demandes pour implanter des éoliennes aient reçu un avis positif ces dernières années, Belgocontrol a mené une étude approfondie en la matière l’an dernier, qui a découlé sur une carte des zones bâtissables autour des installations aéronautiques. Celles-ci sont plus larges qu’auparavant. Des dossiers ayant été rejetés auparavant pourraient donc être réexaminés.

Voici les zones où des éoliennes pourraient être implantées selon Belgocontrol --

– Dans les zones rouges (zones interdites), il n’est pas permis d’installer des éoliennes parce que l’impact sur les systèmes et opérations est trop important.

– Les zones orange nécessiteront toujours une analyse. En fonction des dangers potentiels, l’analyse sera effectuée par un bureau d’étude externe (entre autres dans la zone de 10-16 km autour d’un radar secondaire) ou par Belgocontrol même (par ex. dans la zone de 3-7 km autour d’une radiobalise).

– Pour des éoliennes dans des zones bleu clair, Belgocontrol doit effectuer une analyse. Certaines conditions y sont également d’application, principalement en ce qui concerne la hauteur des éoliennes et une demande doit être introduite.

Il y avait un véritable besoin de davantage de clarté, le secteur ne sachant pas toujours à quoi s’en tenir, explique Johan Decuyper, l’administrateur délégué de la société chargée de la gestion de l’espace aérien. D’après lui, les zones interdites de construction autour des installations aéroportuaires pourraient être réduites à l’avenir.

«Aujourd’hui, il est impossible d’installer des éoliennes sur le site de Brussels Airport. Mais je n’exclus rien à l’avenir avec les nouvelles technologies comme la navigation par satellite ou l’arrivée de nouveaux radars», illustre-t-il.

Belgocontrol a en outre lancé une étude de faisabilité sur la manière de réduire l’impact d’éoliennes sur les installations techniques existantes.

Désormais, les promoteurs immobiliers auront un aperçu de la possibilité d’implanter ou non une ou plusieurs éoliennes avant même l’introduction d’une demande, leur évitant d’éventuels coûts d’études inutiles.

Les procédures pour les avis ont, quant à elles, été revues pour qu’ils soient rendus plus rapidement. Cette année, Belgocontrol a déjà traité 183 demandes pour la construction d’une ou plusieurs éoliennes sur le territoire belge, dont 151 ont été approuvées et 26 ont reçu un avis négatif.