NAMUR

Mendicité à Namur: un nouveau squat pour les mendiants et une action en justice contre la Ville

 Ludwig Simon et les mendiants récupéreront leurs meubles, stockés par la Ville depuis leur expulsion, aujourd’hui. Le propriétaire du bâtiment, à savoir l’État, ne s’est toujours pas manifesté.
Ludwig Simon et les mendiants récupéreront leurs meubles, stockés par la Ville depuis leur expulsion, aujourd’hui. Le propriétaire du bâtiment, à savoir l’État, ne s’est toujours pas manifesté.-EDA – J.No.

Les SDF du «squat» Léopold n’ont pas tardé à trouver un nouveau toit. Ils ont élu domicile dans les anciens locaux des archives de l’État.

Décidément, Ludwig Simon possède plus d’un tour dans son sac. Alors qu’on pensait que les mendiants du «squat» Léopold étaient retournés à l’abri de nuit, ils ont finalement trouvé un nouveau refuge… le soir même de leur expulsion.

Depuis une semaine, ils occupent les anciens locaux des Archives de l’État, situé rue d’Arquet, de manière illégale. «À la base, jeudi dernier, nous devions tous dormir à l’abri de nuit, commente Ludwig Simon, le porte-parole des mendiants. À notre arrivée, il était à nouveau complet. Par conséquent, après avoir reçu le tuyau, nous sommes venus nous installer ici, rue d’Arquet. Nous n’avons même pas dû forcer les portes, elles étaient ouvertes.»

Depuis lors, les mendiants y ont élu domicile. Est-on reparti pour une histoire comme celle du «squat» Léopold? Oui. Les mendiants attendent le lancement du plan hivernal. «À ce moment-là, nous aurons tous de la place pour dormir au chaud.»

Récupération des meubles aujourd’hui

Du côté du propriétaire, à savoir la Régie des Bâtiments, celui-ci n’a toujours pas donné signe de vie. «J’attends toujours un contact formel.» Les locaux sont d’ailleurs en vente sur le site «Finimmoweb» pour 1 million d’euros jusqu’au 30 septembre, date de clôture de l’offre. Les SDF espèrent donc qu’un acheteur ne pointera pas le bout de son nez d’ici là.

En attendant une éventuelle manifestation de l’État, les mendiants aménageront les lieux. Ils récupéreront leurs meubles (NDLR: en échange de 300€, comme le veut la procédure), détenus par la Ville depuis leur expulsion, dès aujourd’hui.

Ludwig Simon attaque la Ville en justice

Ludwig Simon n’a toujours pas digéré le plan anti-mendicité et son altercation avec les policiers au mois de juin dernier (NDLR : il avait été extirpé de sa tente par les forces de l’ordre). Il a décidé d’introduire une plainte contre la Ville au pénal dès aujourd’hui. « Je réclame 50 € par jour depuis le lancement du règlement, ce qui représente, à peu près, 5 000 €. Ensuite, je réclame 15 000 € de dommages et intérêts pour le préjudice subit sur la place d’Armes. » Si la Justice lui donne raison, il promet d’utiliser cet argent pour lancer son projet pédagogique. .

Suivez notre page L'Avenir Namur sur Facebook