TÉLÉVISION

VIDÉO | Licenciement massif à RTL: « 20% du personnel, c’est un drame social »

Lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire, la direction de RTL Belgium a annoncé son intention de licencier 105 personnes. Si l’information n’est pas une surprise, les syndicats sont malgré tout choqués

L’information était dans l’air depuis quelques semaines, elle s’est confirmée officiellement ce jeudi matin. RTL Belgium va se séparer de 105 personnes dans les prochains mois. Entre le conseil d’entreprise et la réunion d’information avec le personnel, les représentants syndicaux se sont exprimés. «On parle de 20% du personnel, c’est un drame social, confirme Fabian Duma», secrétaire permanent CGSLB. Il n’y a peut-être pas de surprise, mais c’est malgré tout de la colère, de l’abattement et de la déception. Les chiffres ont circulé dans la presse depuis lundi, mais il restait un petit espoir que l’information n’était pas tout à fait vraie, que solutions pouvaient être trouvées, que ce chiffre allait être moins important.»

Pour l’heure, beaucoup d’incertitudes demeurent quant à la mise en place du plan Renault. «D’autres conseils d’entreprise vont se tenir en présence des délégués syndicaux, ajoute le permanent. Pour justement essayer de challenger ce plan, poser des questions, essayer de limiter la casse et de diminuer ce nombre catastrophique.»

Les personnes concernées par ce licenciement massif ne sont pas encore connues, les secteurs de l’entreprise les plus touchés non plus. «Nous sommes restés aux informations d’ordre général, signale de son côté Yves Flamand, permanent Setca. À ce stade-ci, tous les secteurs sont concernés par les discussions, impossible de dire si certains seront sauvegardés ou privilégiés par rapport à d’autres. Ce sera une réflexion globale sur le fonctionnement de RTL à l’avenir. Pour nous ces défis peuvent être affrontés avec tous les collaborateurs, si tout le monde se sert les coudes et si un investissement est fait pour la formation pour éviter des licenciements.»

«Nous sommes dans l’anticipation»

C’est en effet timing de ce plan de licenciements qui est d’abord pointé du doigt par les syndicats. «Nous sommes ici dans l’anticipation, on prévoit que cela va aller mal pour RTL suite à l’arrivée de TF1, reprend Fabian Duma. Pour essayer d’éviter une baisse des bénéfices de RTL et assurer que les actionnaires ne perdent leur dividende, on licencie le personnel. Pas de formation, on se débarrasse simplement d’eux. Mais il y a aussi les conditions de travail qui restent incertaines pour le personnel qui va devoir continuer à travailler chez RTL.»