SOCIÉTÉ

Pensions | jusqu’à 140 euros perdus par mois? Un groupe de travail chargé d’opérer certaines vérifications

 La volonté du gouvernement est d’encourager la valeur travail. Le public au cœur de la controverse pourrait perdre jusqu’à 140 euros par mois.
La volonté du gouvernement est d’encourager la valeur travail. Le public au cœur de la controverse pourrait perdre jusqu’à 140 euros par mois.-diego cervo - Fotolia

Dans le cadre de la réforme des pensions, un groupe de travail est chargé d’opérer des vérifications. Une controverse est née autour de la volonté du gouvernement de ne plus prendre en compte la dernière période de rémunération pour le calcul de la pension de demandeurs d’emploi de plus d’un an, âgés de plus de 50 ans.

Un groupe de travail est chargé d’opérer certaines vérifications dans la réforme des pensions alors qu’une controverse est née autour de la volonté du gouvernement de ne plus prendre en compte la dernière période de rémunération pour le calcul de la pension de demandeurs d’emploi de plus d’un an, âgés de plus de 50 ans.

La volonté du gouvernement est d’encourager la valeur travail. Le public au cœur de la controverse pourrait perdre jusqu’à 140 euros par mois.

A ce stade, seule une décision de principe prévaut même si des textes ont été envoyés pour avis au Conseil d’État. Réuni mercredi sur la finalisation des mesures décidées en exécution du budget 2018, le comité ministériel restreint a décidé de créer un groupe de travail chargé de vérifier la réalité des chiffres, le plus précisément possible, notamment à travers un certain nombre de simulations.

Le ministre des Pensions Daniel Bacquelaine est attendu mercredi prochain en commission des Affaires sociales de la Chambre pour de plus amples explications. En l’absence de conclusions chiffrées apportées par le groupe de travail mis en place par le gouvernement, le ministre MR pourrait se limiter à proposer un simple état des lieux aux parlementaires.

Le gouvernement se réunira en comité ministériel restreint durant les prochains jours et les prochaines semaines sur le budget, sachant que politiquement, l’échéance politique est fixée au premier mardi d’octobre (le 10/10), le jour de la déclaration de politique générale au parlement. La Commission européenne attend le budget de la Belgique, et des autres États membres, pour le 15 octobre.

Les quotidiens L’Echo et De Tijd ont relativisé la portée de l’effort réalisé avant les vacances d’été par le gouvernement, estimant que celui-ci pourrait ne pas rencontrer les doléances de la Commission européenne, qui exige une progression structurelle de 0,6% du PIB. Or, l’effort gouvernemental est en partie basé sur des corrections techniques et sur la conjoncture européenne. Le gouvernement n’a pas souhaité commenter ces informations.