MUSIQUE

Le mois de septembre 2017 dans la ziquemachine à remonter le temps

 Will Smith
Will Smith-Youtube

Petit moment de détente musical. Qu’écoutait-on en septembre 2007, 1997, 1987, etc.? Réponse dans ce petit montage signé Patrick Zirpolo qui nous emmène dans une ziquemachine à remonter le temps.

 

2007 Julien Doré – Moi… Lolita

 

Le 13 juin 2007, Julien Doré remporte la Nouvelle Star devant Tigane. Venu participer en dilettante au casting à Marseille, le jeune homme de 24 ans originaire de Lunel (Hérault) s’est finalement pris au jeu.

Il s’est fait remarquer durant l’émission par de nombreuses reprises originales. Il débute parLike a virgin de Madonnadans une version jazzy, puis Les mots bleus de Christophe, Heartbreak Hotel d’Elvis Presley…

Mais celle qui capte vraiment l’attention et lance définitivement le phénomène Julien Doré, c’est celle à la guitare de Moi… Lolita, chanson écrite par Mylène Farmer et Laurent Boutonnat pour Alizée en 2000. À sa sortie de l’émission, la production décide de capitaliser sur son succès en sortant Moi… Lolita en single. Et c’est un carton, Julien Doré se hissant à la 2e place du Top 50.

 

L’info pour faire le malin. Une polémique a éclaté entre Julien Doré et Mylène Farmer avant la sortie du single. Julien Doré souhaitait apporter deux modifications au texte original, comme il en a eu l’habitude avec d’autres chansons durant l’émission. «Je souhaitais glisser ‘aphorisme dadaïste’puis ‘bar blues’au lieu de ‘bas bleus’et ‘donner ma langue aux chattes’à la place de ‘chat’», explique-t-il au Parisien. Mylène Farmer a trouvé ces modifications vulgaires. Julien Doré a donc chanté la chanson originale. Tout en commentant: «Elle a trouvé cela vulgaire alors qu’elle faisait chanter cela à une gamine de 14 ans en minijupe. Elle a raison, la vulgarité évolue.»

 

1997 Will Smith – Men In Black

Après des débuts remarqués dans la musique en 1987 avec le groupe The Fresh Prince, l’aura de Will Smith devient internationale quand il obtient le rôle principale dans la série Le prince de Bel-Air. Le succès est immense et la série connaît plusieurs saisons, pour se terminer en 1996.

Durant ces années-là, il continue à mener une carrière prometteuse dans la musique et se lance dans le cinéma avec le même succès. Son rôle d’un bisexuel dansSix degrés de séparation est salué par la presse.

En 1996, il joue le capitaine Steven Hiller, un pilote de l’air chasseur d’aliens, dans Independance Day, son plus gros succès. L’année suivante, il rejoint le casting de Men in Black, film de Barry Sonnenfeld dans lequel il donne la réplique à Tommy Lee Jones. La B.O. du film sort en juillet. Des artistes confirmés comme Nas, Snoop Doggou Jermaine Dupri apparaissent aux côtés de jeunes débutantes comme Alicia Keysou les Destiny’s Child. Et puis, il y a le premier single, intitulé Men in Black et interprété par Will Smith. Le morceau devient rapidement un tube international, porté par le succès du film.

Will Smith chante en duo avec Coko (Cheryl Gamble-Clemons), membre du groupe Sisters With Voices.

 

L’info pour faire le malin. Men in black est composée sur un sample de Forget Me Nots de la chanteuse Patrice Rushen. Ce single est sorti en 1982 sur son 7e album Straight from the Heart. Cette mélodie a aussi été utilisée par George Michael dans le morceau Fastlove sorti en 1996. La chanson a été produite par Poke and Tone, duo de producteurs formé par Jean-Claude Olivier (Poke) et de Samuel Barnes (Tone).

 

1987 Michael Jackson – I Just Can’t Stop Loving You

En 1987, Michael Jackson se décide enfin à donner une suite à Thriller, album qui a tout balayé sur son passage à sa sortie en 1983. C’est dire si la pression est énorme.

Jackson a travaillé énormément pour arriver au résultat qu’il voulait. L’histoire raconte qu’il a écrit plus de 70 morceaux, pour finalement n’en retenir que neuf. Le premier single, I Just Can’t Stop Loving You, est un véritable carton. Il est chanté en duo avec Siedah Garrett, choriste sur d’anciens titres de Michael Jackson et créditée comme coauteur de la chanson Man in the mirrorsortie pour le filmMoonwalker.

Curieusement, aucun clip n’a été réalisé pour ce titre. Cela ne l’a pas empêché d’être numéro un dans de nombreux pays à travers le monde.

 

L’info pour faire le malin. On le sait peu, mais Michael Jackson a enregistré quelques chansons dans d’autres langues que l’anglais. C’est le cas de I Just Can’t Stop Loving You, traduite en français et devenantJe ne veux pas la fin de nous. Il la chantera également en espagnol: Todo Mi Amor Eres Tu.

 

1977 Donna Summer – I Feel Love

En 1977, le disco bat son plein et sur les pistes de danse, on s’éclate sur Dancing Queen d’Abba, de Don’t Leave Me This Wayde Thelma Houston ou surSaturday Night Feverdes Bee Gees.

Dans ces hits vient se glisser au début du mois de septembre Donna Summer. L’ex-chanteuse américaine de gospel exilée en Allemagne dans les années 60 s’est faite remarquer deux ans plus tôt avec le titreLove to Love You Baby, écrit en collaboration avec le pape du disco de l’époque, Giorgio Moroder (à qui Daft Punk rendra hommage bien des années plus tard) et son complice Pete Bellotte.

Devenue une icône gay grâce à ce titre, Donna Summer enchaîne les succès. I Feel Love la propulse de nouveau en tête des charts, sauf en France où elle ne sera que douzième.

 

L’info pour faire le malin. I feel love figure sur la liste des chansons sélectionnées pour figurer dans le très officiel Registre national des enregistrements de la Bibliothèque de Congrès. Il s’agit d’un registre créé en 2000 pour sauvegarder le patrimoine sonore américain. Les enregistrements qui sont gardés sont sélectionnés par un comité consultatif de 20 membres (musiciens, musicologues, archivistes…). On y retrouve aussi bien Rapper’s Delightde The Sugarhill Gang que le titre gospel Oh Happy Day.

 

1967 The Beatles – All You Need Is Love

L’année 1967 est celle des grands albums de rock: le 1er album éponyme de The Doors, The Velvet Underground and Nico, The Piper at the Gates of Dawn de Pink Floyd…

Mais celui qui surpasse tous les autres est celui des Beatles, Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band, des Beatles. Il constitue un tournant dans la carrière du groupe car les Beatles, lassés par une dernière tournée où ils ne s’entendent même plus jouer tant les cris des fans sont forts, indiquent à leur producteur George Martin que désormais, leur avenir est en studio.

Ils ne croient pas si bien dire. Alors que Sgt. Pepper’s n’est même pas encore sorti, ils sont déjà en studio en avril pour travailler sur les chansons du futur film télévisé Magical Mystery Tour et sur le dessin animé Yellow Submarine. C’est là que leur manager Brian Epstein, leur manager, leur annonce qu’ils sont sélectionnés par la BBC pour représenter l’Angleterre à Our World, la première émission télévisée en mondovision.

John Lennon se dévoue pour écrire une chanson. Puis il oublie un peu la date et à quinze jours du direct, il se rend compte qu’il n’a toujours rien. La légende veut qu’il écrive ensuite cet hymne universel à l’amour en quelques jours. Chose qui sera démentie plus tard par Paul McCartney, qui parlera plutôt d’une adaptation d’une chanson qui traînait dans les tiroirs: «Je ne pense pas qu’elle ait été spécialement écrite pour Our World. Mais c’était une des chansons que nous avions dans nos cartons. Elle a certainement été adaptée pour l’émission, une fois que nous l’avons choisie. Mais j’ai le sentiment que c’était une des compositions de John qui était dans l’air»

 

L’info pour faire le malin. Les arrangements d’All you need is love sont évidemment concoctés par George Martin. Ce dernier a l’idée de terminer ce morceau, hymne du «summer of love» en incluant tout un bric-à-brac d’air connus. Si vous tendez l’oreille, vous reconnaîtrez Greensleeves, La Marseillaise, l’invention no 8 en fa majeur de Johann Sebastian Bach et In the mood de Glen Miller. Le hic, c’est que l’intro de ce dernier morceau ne se trouvait pas dans le domaine public. Un arrangement a été trouvé avec l’éditeur, George Martin a modifié l’arrangement et tout est rentré dans l’ordre.