SYMPHO'JAZZ

VIDEOS | Les Anchoises transforment vos tubes avec leurs tubes

Les Anchoises,alias le Juke Box vivant, passera 50 années de tubes à la sauce clarinette-sax au Sympho'Jazz.
Les Anchoises,alias le Juke Box vivant, passera 50 années de tubes à la sauce clarinette-sax au Sympho'Jazz.-Les Anchoises
Les grands succès de la pop passés à la moulinette clarinette/sax, ça donne Les Anchoises. Où quand deux filles issues du conservatoire veulent faire rire, danser et pleurer dans les chaumières. Ou dans les toilettes d'un cinéma. A découvrir à Saint-Symphorien ce dimanche.

"Les Anchoises, c'est deux nanas qui jouent du saxophone et de la clarinette. Elles sont comme des juke box vivants, qu'elles disent. Tu les branches et elles n'arrêtent plus..." Voilà en deux lignes comment se définit ce duo détonnant qui se produira dimanche à Saint-Symphorien dans le cadre du Sympho'Jazz (25-28/08).

A la clarinette, il y a la Douroise Aurélie Charneux. Au sax barython, la Liégeoise Anne Gennen. Toutes deux sont issues du conservatoire (Mons pour la première, Liège pour la seconde). La vie emmène Aurélie sur les terres mosanes d'Anne. Elles se rencontrent via des amis communs et se lient d'amitié. Très vite vient l'envie de jouer ensemble, elles pressentent une alchimie musicale entre elles. Et c'est une soirée au Carré à Liège qui leur montrera la voie.

"On avait chacune plein de projets, mais qui ne sont pas toujours accessibles au grand public", explique Anne. Et un soir, alors qu'on faisait la fête ensemble, on entend Les Démons de Minuit qui commence, et tout le monde danse, les gens se retrouvent, se rassemblent...Et on s'est dit qu'on allait s'arranger pour provoquer ça, à deux, au sax barython et à la clarinette. C'est de là que vient cette idée de juke box vivant."

Un juke box où nos tubes, ceux de nos parents et grands-parents seraient interprétés avec leurs deux instruments. Rapidement, le répertoire s'agrandit, passant de 5 à 70 titres, soit le maximum que l'on peut coucher sur une feuille A5 pour que ce soit lisible. Ce qu'elles jouent? "Femmes chocolat, elles ont la musique dans la peau, et leur devise est claire: No Limit! Elles ont dansé le jerk sur de la musique pop, joué du piano debout, ne font rien que des bêtises quand t'es pas là. Mais quand la musique est bonne, c'est jusqu'au bout de la nuit!" Voilà pour le condensé.

"On s'échange des souvenirs"

Les titres joués lors d'un concert, c'est le public qui les choisit sur la feuille A5. Ce qui donne parfois lieu à des enchaînements...incongrus. "Personne ne penserait à des setlists pareilles", sourit Anne. Mais ça fait partie de la magie de l'exercice. Tout comme de se retrouver au milieu du public, sans la séparation causée par une scène.

"On est sur le même plan que les gens, ce qui peut être fatigant, c'est moins confortable que d'être sur une scène, mais c'est passionnant. Ces concerts, ça casse la séparation entre les professionnels et le public. Ca favorise les échanges."

D'émotions notamment. "Des gens qui demandent une chanson, qui pleurent parce que c'était la chanson préférée de leur maman qui est décédée il y a deux semaines...Ce sont des choses qui arrivent tout le temps. Ce sont des échanges de souvenirs."

D'autres, moins sympas, demandent des morceaux a priori compliqué dans l'espoir de les piéger...en vain. "Au début les gens pensent qu'on fait 'un peu de musique', alors qu'on est toutes deux formées au conservatoire", rappelle Anne. Les Anchoises, c'est du sérieux, mais sans se prendre la tête.

Aux toilettes en musique

A l'image de certains happenings, où elles squattent l'ascenseur d'un immeuble ou encore...les toilettes du cinéma Sauvegnière de Liège. "On avait collé notre liste de chansons sur les portes des toilettes et on s'était cachée dans une cabine. On demandait: 'Choisissez une chanson comme cadeau de Noël'. Et les gens choisissaient d'une voix timide, puis le morceau arrivait comme par magie."

L'histoire des Anchoises remonte déjà à 2010 et le bouche-à-oreilles les a emmenées aux 4 coins de la francophonie belge, de Quiévrain à Chaudfontaine. Et elles ne semblent pas prêtes de s'arrêter. "On a plusieurs autres activités, mais ça nous manquerait beaucoup de ne plus le faire."

A découvrir à l'école libre de Saint-Symphorien à 14h15, ce dimanche 27 août. Un public actif est requis. "On distribue les listes. Et s'ils ne choisissent rien...ben il n'y a rien". Mais si vous les branchez, elles n'arrêteront plus...

Suivez notre page Culture sur Facebook