VU SUR INTERNET

Ce Bruxellois explique les statistiques à son chat… et à 60.000 abonnés!

Déplacer les statistiques de l’auditoire à YouTube. C’est le défi que remplit depuis un an cet assistant de l’UCL, avec l’aide d’Albert… son chat!

Il suffisait d’y penser: parler sciences avec le roi du web: le chat! Les onze vidéos postées en un an par le Bruxellois Nathan Uyttendaele, docteur en statistiques de l’UCL et assistant, lui ont valu de recevoir le prestigieux prix Wernaers (FNRS) de la communication scientifique. Dans des vidéos courtes, colorées et animées, ce chercheur explique d’une manière simple et ludique à son chat (… et à ses abonnés) des sujets a priori complexes. Ses vidéos décalées et pourtant très sérieuses, telles que «Sauvez le XXIIe siècle: tuez une méduse!» accumulent plus d’un million de vues, et ont tapé dans l’œil de plus de 60.000 abonnés.

Ce Bruxellois explique les statistiques à son chat… et à 60.000 abonnés! L’équipe de «La statistique expliquée à mon chat»--

On connaît Albert, votre chat, mais les internautes ignorent tout du «matheux» derrière l’accent belge…

Moi c’est Nathan, 30 ans, né et vivant à Bruxelles, récemment proclamé docteur en sciences. Pour la forme je propose à vos lecteurs de m’imaginer très grand, musclé et au regard perçant. Merci.

Quel est le but de votre chaîne? D’où vous est venue l’idée? Comment l’avez-vous mise en place?

L’idée d’ouvrir une chaîne YouTube traînait dans un coin de ma tête depuis des années. Beaucoup de scientifiques s’en fichent bien que les non-scientifiques ne comprennent pas ce qu’ils font. Mais moi pas. Et ce qui a précipité mon lancement sur YouTube, c’est ma rencontre avec Gwenaël Grisi et Laura Maugeri, deux artistes.

De la même manière que peu de gens dans ce pays ont encore envie d’écouter un vieux prêtre ennuyeux, peu de gens ont envie de regarder un scientifique noircir un tableau d’équations. Quel que ce soit le message que vous cherchez à faire passer, il faut le rentre ludique ou attrayant pour être entendu. Sans Laura et Gwenaël, je ne suis rien.

Selon vous, les statistiques sont-elles à la portée de tous?

La science en général est à la portée de tout le monde! J’ai la conviction profonde que n’importe quel concept scientifique, pour peu qu’il soit intelligemment présenté, peut être compris de n’importe qui. La statistique ne fait pas exception.

Quel est le public de votre chaîne? Voudriez-vous qu’il soit différent?

Si j’en crois YouTube, ce sont surtout des hommes français de 20 à 35 ans qui suivent mon chat. Dans un monde idéal, j’aimerais que mon chat soit suivi par plus de femmes aussi. Mesdames, Albert est pour vous aussi!

Comment choisissez-vous les sujets traités?

Il y a deux grandes tendances sur la chaîne: des sujets plus «académiques», destinés à aider les étudiants universitaires; et puis il y a les sujets pour le grand public, souvent basés sur l’actualité. J’aimerais pouvoir dire qu’il y a un fil conducteur qui relie toutes les vidéos pour le grand public déjà sorties, mais ce serait un mensonge.

Comment de temps cela prend-il de réaliser une vidéo? De l’idée à la mise en ligne?

On parle de 100 à 200 heures de travail cumulé. Oui, c’est énorme!

Est-ce votre voix?

C’est bien ma voix. Lorsqu’on a commencé le projet, l’idée était que j’utilise ma voix durant les premières vidéos le temps qu’on trouve quelqu’un pour me remplacer. Et puis surprise: les internautes ont adoré ma voix, que ce soit pour mon accent belge ou pour mes inflexions de phrases bizarres. Aujourd’hui j’ai renforcé ces deux aspects de ma voix pour donner une identité encore plus unique à la chaîne.

Avez-vous vraiment un chat qui s’appelle Albert?

C’est le secret le mieux gardé de la chaîne. Vous n’aurez pas de réponse...

Pourquoi avoir choisi cet animal?

Moi, quand je vois un lien du genre «Top 10 des chats les plus mignons», je suis toujours le premier à cliquer comme un imbécile heureux. Les chats sont des créatures adorables. Et quand on voit la tonne de contenu lié à ces animaux, c’est assez clair que je ne suis pas le seul à le penser. Le chat pour notre chaîne, c’est venu comme une évidence.

Plus d’un million de vues, qu’est-ce que ça veut dire pour vous?

C’est une énorme source de motivation pour continuer!

Vous parlez d’un travail bénévole, comment cela est-il possible?

Heureusement nous sommes trois sur le projet! Mais c’est clair qu’en dehors de ce projet et de mon travail à l’université, je ne fais pas grand-chose d’autre de ma vie.

Qu’est-ce que cela vous a fait de gagner un prix?

Trop souvent, on croise sur YouTube des gens qui s’autoproclament experts sur un sujet parce qu’ils ont lu une page Wikipédia. La statistique expliquée à mon chat ne fait pas partie de cette catégorie de chaînes. Outre le fait qu’il y a un vrai scientifique derrière ce projet (avec des diplômes, de l’expérience de terrain, etc.), ce prix constitue avant tout une marque de crédibilité supplémentaire pour nous.

Comme ce n’est pas toujours facile de faire le tri sur YouTube, voici d’ailleurs trois chaînes que je recommande chaudement aux lecteurs et internautes curieux: ScienceEtonnante, fauxsceptique et Micmaths.

Avez-vous d’autres projets?

Albert a beaucoup de succès. Je me dois de me concentrer sur lui...