Éoliennes: recours contre le ministre

Éoliennes: recours contre le ministre

Pour la commune de Frasnes, il y a déjà suffisamment d’éoliennes sur son territoire. Le ministre estime que non. ÉdA – 202549080374

Tous les feux étaient rouges mais le ministre a donné son feu vert pour les quatre éoliennes. La Commune va en recours au Conseil d’État.

On pensait à Frasnes qu’on était quitte du projet d’implantation de quatre éoliennes le long de l’A8. Tant le fonctionnaire technique que le fonctionnaire délégué du SPW avaient recalé le dossier et refusé le permis sollicité par la SA Eoly.

Contre toute attente, le ministre Carlo Di Antonio a cassé le refus et donné son feu vert. Jean-Luc Crucke, le bourgmestre, a donné l’information lundi soir au moment de voter un point inscrit en urgence au conseil communal. «Nous avons soixante jours pour aller en recours de cette décision. Il n’y a pas de raison d’attendre. Je vous demande d’autoriser le collège à recourir en annulation et en suspension devant le Conseil d’État».

M. Crucke pense avoir des arguments très solides pour remporter le bras de fer avec le ministre. «C’est très rare de voir ainsi un ministre aller à l’encontre de ses délégués techniques. Or, ceux-ci s’étaient ralliés à tous nos arguments définis selon des principes de développement durable», s’insurge-t-il.

À 403 mètres d’une habitation

Dans son argumentaire pour justifier son avis négatif sur cette demande d’une société dépendant du groupe Colruyt, la commune avait estimé être déjà bien desservie en matière d’énergie éolienne avec le parc de Moustier. De surcroît, les éoliennes étaient fort proches de certaines habitations, donnant ainsi une sensation d’écrasement face aux éoliennes.

Les opposants aux projets éoliens autour de Frasnes-lez-Anvaing, réunis sous la bannière «Non merci», s’étaient fort mobilisés.

Les quatre éoliennes de 150 mètres projetées sont localisées le long et au sud de l’A8, de part et d’autre de la N60, entre les hameaux de Caluyères (Frasnes-lez-Buissenal), Les Fermes (Montrœul-au-Bois) et Le Fécheux (Anvaing, Hacquegnies et Montrœul-au-Bois) et la Ferme de Rochard (Montrœul-au-Bois). Pour l’échevin Valéry Gosselain, la décision a un enjeu énorme pour la commune: «Il faut se rendre compte que l’habitation la plus proche n’est située qu’à 403 mètres d’une éolienne, et que la première zone d’habitat n’est distante que de 600 mètres».

Le conseiller communal Michel Delitte est aussi très remonté contre «son» ministre cdH. «Je vous assure que j’ai pourtant fait du lobbying auprès du cabinet ministériel pour que ce permis soit refusé. Cette décision, c’est n’importe quoi, je pense qu’il aurait dû prendre la peine de venir sur place pour se rendre compte de la situation».

L’écolo Didier Verdonck s’est abstenu sur ce point. La raison? «Il n’est pas inconcevable d’avoir des éoliennes à l’entrée du pays des collines. Comme déjà signalé à la réunion publique, les personnes qui s’opposent aux éoliennes avancent souvent de faux arguments ou amplifient les nuisances. Le gros bémol que nous déplorons c’est que les “ bénéfices ” ne soient pas mieux répartis. Nous trouvons par exemple que les personnes qui habitent dans un certain rayon devraient avoir quelques avantages. Enfin, à l’heure du renouvellement durable, il est regrettable d’entendre dire que Frasnes a déjà fait sa part en accueillant quatre éoliennes à Moustier. Pour Écolo, il faut placer les éoliennes aux endroits les plus appropriées et pas sous forme de quota entre les villes et communes».