FESTIVAL

PHOTOS | A Dour, une journée au Labo à faire des découvertes

Troisième jour du festival de Dour ce vendredi. Petit tour en images par l'ancienne plaine de machine à feu.

Il y avait une fois de plus beaucoup de chose à voir du côté des scènes de Dour en ce vendredi. Des découvertes notamment.

On a d'ailleurs commencé la journée avec Wwwater. Un peu par hasard, on s'est laissé accrocher alors qu'on se baladait le long du chapiteau. Derrière, Twin Peaks balançait son rock sympa et qui vous donne envie de taper du pied. On restait dans le même peloton au labo avec les Bruxellois de Mountain Bike. Les quatre gaillards avaient sorti les perruques et le grand jeu. "On est content d'être de retour", glissait Etienne, le chanteur au milieu du set.

Alors qu'au bar du petit bois, beaucoup profitaient d'un moment de calme après une nuit mouvementée.  On ne pouvait manquer la prestation attendue de Cocaïne Pis. Déjà présent à l'affiche l'an dernier, mais plus tôt dans la journée, les Liégeois aux origines gaumaises livraient un set énergique de 25 minutes devant un chapiteau déjà bien rempli, un peu plus que d'habitude d'ailleurs. Le public en aurait malgré tout voulu un peu plus, mais Aurélie, qui a passé une bonne partie du concert à déambuler dans le public, et Cie en avaient déjà trop donné. 

Ils laissaient la place à All Them Witches qui n'a pas tardé à envouter la caverne avec leur rock psychédélique U.S. Juste le temps d'aller voir quelques morceaux de Témé Tan qu'il était l'heure de Blonde Redhead. Les Américains ont livré un set magistral. Kazu Makino et les jumeaux ont, sans doute, envoyé l'un des meilleurs concerts de cette édition 2017. Là aussi, on en aurait voulu un peu plus. 

Dans une dernière accélération, on filait voir The Kills, malheureusement sans photo  Alison Mosshart et Jamie Hince n'autorisaient pas la présence de photographe au pied de la scène. Pas rancunier, on en gardera malgré tout des images plein la tête. C'était, comme 15 jours plus tôt à Werchter, assez costaud.