MONS

Virer le piétonnier à Mons? "Le retour aux années 80"

Virer le piétonnier à Mons? "Le retour aux années 80"

Des voitures circuleront-elles à nouveau dans l'artère piétonne de Mons? Ugo PETROPOULOS

Le cdH montois estime que ré-autoriser la voiture dans le piétonnier pourrait aider le commerce du centre-ville. L'idée fait polémique.

Ce n'est pas une nouveauté, le piétonnier montois va mal. Les fermetures d'enseignes se succèdent et les nouveaux arrivants peinent parfois à passer le cap de l'année. La situation commerciale du centre-ville est une problématique montoise majeure et il en sera sans doute question dans les programmes des différents partis politiques montois avant les élections communales de 2018.

Et du côté du cdH, on a décidé de se faire entendre en avançant déjà ses "grandes" idées sur le sujet. Comme par hasard une semaine avant la présentation du Masterplan de la majorité...PS-CDH sur le commerce. Yves André, chef de groupe du parti centriste au Conseil communal, a récemment émis cinq suggestions auprès de nos confrères de Sud Presse. Parmi ces points, un qui fait polémique: supprimer le piétonnier. Carrément.

«On créerait une voirie centrale pour permettre aux gens de pouvoir se faire déposer devant les magasins, explique le chef de groupe à nos confrères. Pas question de stationner. C’était le cas dans les années 80, il y avait une véritable rotation et les gens pouvaient transporter plus facilement leurs achats.» Le cdH montois souhaiterait donc permettre aux voitures de descendre de la Grand-Place jusqu'au bas de la Grand'Rue.

"La voiture ne sauve pas le commerce"

Cette proposition a évidemment fait réagir. Dans l'opposition, Ecolo n'a pas tardé à fustiger cette proposition d'un autre siècle, qui aurait pour effet de faire fuir les derniers chalands selon le parti. «Qui a envie de flâner entouré de voitures ? Qui souhaite faire une promenade familiale en devant empêcher ses enfants de courir vu les risques ? Et ne parlons même pas des risques pour la santé liés à la pollution de l'air...Aurait on idée de réautoriser à fumer dans les bureaux ?» s'interroge Charlotte De Jaer, cheffe de file montoise du parti vert.

D'autant que qui dit circulation autorisée aux voitures ne dit pas nécessairement commerce florissant: «Le passage des voitures dans les rues des Capucins, des Fripiers et d'Havré ne sauve pas davantage ces commerces que ceux du piétonnier» poursuit Charlotte De Jaer. Récemment, la boutique Côté Cour, Côté Jardin a dû mettre la clé sous la porte. Elle était installée à la rue de Nimy. Une rue où on circule en voiture et où on peut se garer... 

Sur quels axes faudrait-il travailler pour tenter d'améliorer la situation? Il faudrait faire tout l'inverse pour Ecolo, en augmentant la place du piétonnier dans l’intra muros «pour en faire un centre-ville où il fait bon vivre». Encourager les activités telles la fête du chocolat, le marché artisanal...pour l'animer, mais aussi «faire appel à l'énergie et aux bonnes idées des commerçants pour redresser la situation».

Les autres idées du cdH montois

Outre cette idée polémique, le cdH a avancé d'autres suggestions pour renverser la vapeur. Il voudrait notamment un cheval pour plus de propreté. L'idée: une carriole tirée par un cheval ramasserait les déchets putrescibles dans les sacs-poubelles trop souvent abandonné en ville. «C’est sympa et écologique» s'exclamait Yves André dans Sud Presse. Bien plus écolo que des voitures dans un piétonnier.

Autre idée: supprimer le parking payant et le remplacer par des zones bleues. Clairement, le parking payant a un effet dissuasif sur de potentiels clients du centre-ville, surtout quand les Grands Prés offrent cette commodité à un kilomètre à peine. Mais comment combler le manque à gagner au niveau des recettes, d'autant que la Ville est sous plan de gestion?

Pour rendre le centre-ville plus attractif, le cdH de Mons estime qu'il faut moins de marginaux et propose carrément d'interdire la mendicité en rue. Cachez cette misère que je ne saurai voir en somme. Namur a récemment franchi ce pas, les mendiants se sont révoltés (pacifiquement), ont été évacués par les forces de l'ordre et l'image de la ville en a pris un fameux coup...