ENGHIEN

PHOTOS | LaSemo séduit un public toujours plus large

Les doux Mumures ont laissé place à un Pays des Merveilles un peu à l’étroit. Les Sous-bois, discrets, n’en étaient pas moins charmants.

Emmenés en rythme par «Les Déménageurs » (voir ci-contre), les enfants n’ont pas pu résister à la tentation de se tester dans l’«Amusoir » situé juste derrière la petite scène. En quelques minutes, l’espace est envahi par une horde de bambins curieux, désireux d’expérimenter un maximum de jeux géants. Les cyclophones de François Cys intriguent particulièrement le jeune public. Le défi étant de pouvoir capter le mécanisme pour parvenir à faire chanter le tricycle…

«Le Pays des Merveilles » reste sans conteste le lieu incontournable de toutes les familles. Les enfants y sont rois et les animations sont légion. Imagin’Air proposait notamment une initiation aux arts du cirque. Les équilibristes en herbe devaient faire preuve d’agilité et de souplesse. Nos jeunes pousses ont ensuite développé leur créativité et leur imaginaire par des «gribouillages» sous leurs nouveaux visages révélés par les traits de pinceaux de l’atelier grimage à l’argile. Armés de leurs épées sculptées en ballon, les voilà désormais prêts à conquérir l’espace! Ce véritable concentré d’énergie était situé dans une aire de jeux jugée trop étroite pour s’y sentir vraiment à l’aise. L’on en vient à regretter la zone retirée désormais utilisée par «Le Pays des Murmures». Perdu au milieu des champs de roses, l’endroit respecte sa promesse: un lieu paisible, intimiste, où il fait bon se reposer. Coussins, tipi et une malle de livres cachés suffisent aux bambins (et leurs parents) pour tomber dans les bras de Morphée… Discrètement, à deux pas, le deuxième nouveau né du festival dévoile ses «Sous-bois ». Des animateurs du Rangersclub WWF sensibilisent là les enfants âgés de 6 à 12 ans aux problèmes de l’environnement. Ces derniers sont invités à répondre à un quiz pour «découvrir l’animal sauvage qui est en toi». «On regrette le manque de visibilité », avoue Laura Dehaene, chargée de projets. «Raison pour laquelle nous avons pris l’initiative de déplacer notre stand au-devant de la haie ». Même ressenti pour la cheffe cuistot de «N’oublie pas le souper» qui propose des plats préparés de qualité livrés sur Bruxelles. Les enfants sont ici invités à déguster des saveurs plutôt inhabituelles: quinoa, sarrasin, millet, lentilles…

La fin de l’histoire de ce parcours enchanté, nous la connaissons tous: «ils vécurent heureux et il y eut beaucoup d’enfants…»