Coup de jeune à l’Assemblée nationale française: les tuyaux d’un ancien «cadet» wallon

 Matthieu Daele en 2009. Depuis, il a adopté une coupe de cheveux un peu plus... parlementaire, on va dire...
Matthieu Daele en 2009. Depuis, il a adopté une coupe de cheveux un peu plus... parlementaire, on va dire...-ÉdA

En France, une vague de tout jeunes élus va débarquer à l’Assemblée nationale. Nous avons demandé à un ancien benjamin du Parlement wallon de raconter «ce que ça fait». Les premiers pas, les premières interventions à la tribune, les tâtonnements…

L’ouverture de la nouvelle législature française a été fixée le 27 juin: 29 nouveaux élus sur 577 vont prêter serment à moins de 30 ans. Une petite révolution pour le Palais-Bourbon.

En 2009, l’Écolo Matthieu Daele était le plus jeune député du Parlement wallon et du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Il avait 28 ans. Il se souvient de ses premiers pas dans l’assemblée.

 

La surprise

 

En 2009, Matthieu Daele ne s’attendait pas à être élu. «J’étais 2e dans une circonscription à 6 sièges (Verviers). Qu’Écolo en arrache deux, c’était peu probable. Je n’étais pas préparé… Et dans le groupe au Parlement, sur 14 élus, on était 11 nouveaux! J’ai le sentiment que c’est ce qui attend les nouveaux députés de la République En Marche: beaucoup de nouveaux et peu d’expérimentés…»

 

Le coaching des anciens

 

Comment rédiger un amendement? Une proposition de décret? Quels contacts prendre avec les partenaires de majorité? « Il n’y a pas de vade-mecum, pas d’astuce Ikea pour monter un bon décret. Certaines choses s’apprennent sur le tas», raconte Matthieu Daele. Il y a les anciens aussi. «Leur encadrement est précieux. C’est pour ça que le renouvellement doit se faire par phases, pour un bon équilibre entre la fraîcheur des nouveaux et l’expérience des anciens».

 

Le rodage

 

«Moi, ça m’a pris deux ans pour être opérationnel, pour sentir qu’on peut faire bouger quelque chose. Mais ce n’est pas pour ça qu’il faut attendre avant d’agir. Au contraire!» C’était un conseil de son aînée Monika Dethier. «Elle m’avait un peu pris sous son aile. Elle me conseillait d’y aller. “Vas-y! Après, ce sera fait… Tout le reste te paraîtra plus cool.” Elle avait raison.»

 

La première intervention

 

La première fois qu’on «monte» à la tribune, ça marque forcément tous les élus. «Je m’en souviens comme si c’était hier: c’était une question d’actualité, sans support papier. Le stress devant les 74 autres députés… Enfin, si on part du principe qu’ils étaient tous là», rigole l’Écolo. IL a oublié le fond de la question. «Mais c’était une question à Éliane Tillieux sur l’action sociale.»

 

L’anecdote

 

À l’Assemblée nationale, les élus doivent porter la cravate. Pas au Parlement wallon. Matthieu Daele était en chemise et en pull lors de sa prestation de serment. «Pour rire, Benoît Lutgen m’a filé la sienne. Je ne l’ai pas mise. Mais du coup, lui aussi a prêté serment sans sa cravate: elle était dans ma poche.»

 

Le conseil «d’ancien jeune» à «nouveau jeune»

 

Matthieu Daele: «Il faut aller au feu rapidement, même si on ne fait pas tout bien. On débriefe après. C’est comme ça qu’on apprend. On se ramasse de temps en temps mais on progresse par essais et erreurs. Et Bernard Wesphael m’avait conseillé de mettre mes vacances à profit pour étudier le règlement. C’est la base. J’ai donné le même conseil à Hélène Ryckmans, la nouvelle élue du groupe en 2014.»

 

Plus de 20% de moins de 40 ans

En France, le rajeunissement est impressionnant: sur 577 députés, l’Assemblée nationale française va accueillir 129 nouveaux élus de moins de 40 ans (au lieu de 18 en 2012), dont 29 ont moins de 30 ans (au lieu d’un seul en 2012). L’âge moyen des élus de 2017 est de 48,6 ans environ. Soit plus de 5 ans de moins qu’en 2012.

Au Parlement wallon, sur 75 députés, une quinzaine a moins de 40 ans, dont 2 ont moins de 30 ans. Soit 21% d’élus pas encore «quadras» en Wallonie, pour un peu plus de 22% en France. De 2009 à 2014, la moyenne d’âge des députés wallons est passée de 49 à 43 ans.

 

Suivez notre page L'Avenir Verviers sur Facebook