POLITIQUE

Le cdH claque la porte: le PS réagit et parle de trahison

 -
--Photo News

Trahison, désertion, les mots sont forts mais le PS ne digère pas le coup de Benoît Lutgen.

Le PS a dénoncé jeudi une trahison et une désertion du cdH, qui a appelé lundi plusieurs partis à former des coalitions sans les socialistes en Wallonie, à Bruxelles et en Fédération Wallonie-Bruxelles. Le président du PS, Elio Di Rupo, voit dans cet acte une crainte du cdH face aux positions des socialistes en faveur du décumul.

 

 

Dans une réaction envoyée par communiqué, M. Di Rupo a invité «à ne pas être dupe des justifications invoquées par le président du cdH», Benoît Lutgen. «A l’heure où le PS se positionne clairement en faveur du décumul, le cdH a manifestement pris peur», estime-t-il.

«Plusieurs formations politiques ont été concernées par les affaires. Le PS a déjà pris des mesures nécessaires pour restaurer la confiance des citoyens envers les institutions démocratiques», affirme le président des socialistes francophones.

«Le travail se poursuit en interne et le PS espère qu’il sera rejoint par d’autres formations politiques», ajoute-t-il, sous-entendant que l’éviction des socialistes des gouvernements des entités fédérées n’est pas inéluctable.

«Récemment, tant le gouvernement wallon que le gouvernement bruxellois, auxquels les socialistes participent, ont pris des mesures radicales pour moraliser la vie publique», plaide M. Di Rupo. «De surcroît, les gouvernements régionaux sont engagés dans un travail de fond pour développer l’économie et améliorer la vie quotidienne des citoyens. La décision du cdH bloque toute avancée rapide en faveur des Wallons et des Bruxellois. C’est une attitude irresponsable», juge-t-il.

«Pour sa part, le PS continue son travail pour améliorer le fonctionnement démocratique et répondre aux exigences des citoyens. Quelles que soient les circonstances, le PS, ses élus et ses militants se mobiliseront pour défendre les enjeux essentiels: le pouvoir d’achat, l’emploi, le logement, l’éducation, etc», conclut Elio Di Rupo