Soli'Fruits à Braine-l'Alleud

VIDEO | Des fruits au goût solidaire

L’institut Cardinal Mercier, l’école La Cime, l’ASBL MATM et le restaurant social Resto & Co ont décidé de s’unir pour créer un verger biologique. Objectif: créer des liens au sein de la société.

À l’institut Cardinal Mercier (ICM) à Waterloo, un grand espace de verdure jouxtant les bâtiments de l’école est inexploité depuis bien longtemps. Dès la rentrée prochaine au mois de septembre, ce terrain nu prendra vie grâce à un projet de création d’un verger bio: Soli’Fruits.

Outre l’institut Cardinal Mercier et son école hôtelière, cette initiative réunit d’autres acteurs dont l’école d’enseignement secondaire spécialisé La Cime à Genval, l’ASBL Mouvement d’actions à travers le monde (MATM) et Resto & Co, le restaurant social de Braine-l’Alleud, en Brabant wallon.

«

La solidarité est le fondement même de l'humanité, la base du vivre ensemble.

»

Sur le terrain d’environ douze ares, les porteurs du projet envisagent de placer une quinzaine d’arbres fruitiers en privilégiant la plantation de variétés anciennes que la Faculté de Gembloux tente de réintroduire. Pommiers, poiriers, pruniers, noyers et arbustes de petits fruits seront notamment plantés.

Le projet sera également couplé avec un potager d’herbes aromatiques dans un premier temps. Ainsi, les élèves âgés entre 13 et 21 ans de l’école La Cime, en spécialisation horticulture, seront amenés à effectuer les plantations et à entretenir le verger. Soli’Fruits est l’occasion de fournir à ces élèves un lieu de stage.

«Nous apporterons une aide au niveau du choix des variétés des arbres et également sur le plan plus technique, c’est-à-dire la plantation, la mise en place du verger et l’entretien en amont et en aval», souligne le professeur Jean-Louis De Lièvre de l’école La Cime.

Des jeunes engagés socialement

Qui dit plantations dit récoltes. D’une part, les fruits seront utilisés pour les cours de cuisine de l’institut.

«Avec le potager d’herbes aromatiques, on pourra venir chercher sur le terrain du persil si nous n’en avons pas par exemple. Cela sera très utile pour le restaurant de l’école», indique Sacha De Neyer, élève de 3e à l’école hôtelière.

D’autre part, ils seront offerts à Resto & Co dans le but de diminuer les coûts du restaurant social et de permettre aux personnes défavorisées de découvrir des produits biologiques.

«Par ce projet avec Resto & Co, nous voulons sensibiliser les jeunes à une solidarité envers les autres. Les membres du restaurant comptent d’ailleurs apporter leur aide pendant les récoltes. L’idée est donc de créer des liens entre les élèves et les citoyens fréquentant le restaurant solidaire», explique Tatiana Stellian de MATM.

À travers Soli’Fruits, l’objectif est également de conscientiser les élèves de l’institut Cardinal Mercier aux problématiques du développement durable comme l’eau et sa préservation, le gaspillage alimentaire et les alternatives à mettre en œuvre.

Pendant l’année scolaire, l’ASBL MATM réalisera des animations dans l’école afin d’organiser par la suite un événement pour sensibiliser le grand public à ces différentes thématiques.

Une campagne de sensibilisation sera aussi mise sur pied par les élèves dans le but de lutter contre le gaspillage alimentaire et de favoriser la consommation locale.

Un impact sur les citoyens

Si ce projet de verger permet d’impliquer les jeunes dans une initiative citoyenne solidaire, Soli’Fruits a également comme volonté de créer des liens sociaux entre les différents acteurs de la commune. L’institut Cardinal Mercier est la première école qui réalisera un tel projet sur la commune de Waterloo. Qui plus est, un projet réunissant à la fois des élèves et leurs professeurs mais aussi deux associations et la section horticole d’une école spécialisée. Les porteurs du projet ont l’intime conviction que Soli’Fruits aura un impact sur les citoyens tant au niveau communal que régional.

Le portrait de Tatiana Stellian

Age : 28 ans

Fonction : Chargée de projet en éducation au développement pour l’ASBL MATM

Tatiana Stellian travaille pour le Mouvement d’actions à travers le monde depuis le mois d’août 2016. Si elle est on ne peut plus motivée par le projet Soli’Fruits, c’est pour une raison bien particulière. Elle désire montrer que les jeunes ne sont pas désintéressés par la vie sociale et qu’ils s’engagent dans des projets. La sensibilisation des élèves, elle en fait une priorité. Tatiana Stellian est, elle aussi, encore jeune. Alors à travers cette initiative, elle souhaite quelque part revaloriser la jeunesse. Un public cible auquel elle accorde une grande importance.