INSOLITE

«J’enseigne à mon enfant à ne pas s’émerveiller de la détresse animale»: le mot d’excuse d’une maman pour une sortie scolaire

Le jeune Mani, 7 ans, n’ira pas à Marineland avec sa classe. Il préfère se rendre au Village des Fous avec sa maman.
Le jeune Mani, 7 ans, n’ira pas à Marineland avec sa classe. Il préfère se rendre au Village des Fous avec sa maman. -Facebbok / ZOOM Thérapie

Audrey, jeune mère de famille originaire de Nice, a refusé que son fils participe à la sortie scolaire organisée par son école au parc aquatique de Marineland. Elle a tenu à expliquer ce choix en rendant un mot d’excuse à l’institutrice.

En cette fin d’année scolaire, les sorties avec les élèves sont nombreuses. Dans cette optique, une mère de famille niçoise a reçu un courrier lui demandant si elle autorise ou non son fils à se rendre à Marineland d’Antibes le 29 juin prochain.

En accord avec son fils, Audrey a refusé que ce dernier se rende dans le parc aquatique avec sa classe de CE1. Et elle a tenu à justifier son choix; une justification à laquelle ne s’attendait sans doute pas le corps enseignant.

«Nous pensons qu’il n’est pas éthiquement acceptable que des dauphins et des orques qui parcourent entre 100 et 200 km par jour dans la mer, soient enfermés dans des piscines et sautent dans des cerceaux. J’enseigne à mon enfant à ne pas s’émerveiller de la détresse animale. Merci de votre compréhension, cordialement, Audrey.»

Contactée par Le HuffPost, Audrey a expliqué que son fils, prénommé Mani, «préférait aller au Village des fous, de Villeneuve-Loubet». Un choix qui n’étonne pas lorsque l’on apprend que la Niçoise, naturopathe de profession, sensibilise son fils à la cause animale. «Je l’ai déjà emmené en mer avec l’association SOS Grand bleu à Saint-Jean-Cap-Ferrat, observer les mammifères marins dans leur habitat. Nous ne les avons pas dérangés, nous ne sommes pas intervenus, nous les avons observés avec respect.»

Cette mère de famille a également ajouté à nos confrères qu’un des rêves de son fils «était que les dauphins puissent vivre en liberté, et non dans des parcs». Quant à la maîtresse de Mani, elle a simplement répondu à Audrey: «C’est votre choix, je le respecte».

En France, l’ancienne ministre de l’Environnement, Ségolène Royal, a publié début mai un arrêté censé mettre fin à la captivité des dauphins et des orques. En attendant que ce décret soit réellement appliqué, Audrey ne s’attendait pas à être likée plus de 8 000 fois et partagée sur Facebook plus de 2 500 fois.