BRUXELLES

Acquittée d’avoir tenté d’assassiner son mari à la suite d’un burn-out

-REPORTERS

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a acquitté, vendredi, une dame de 44 ans qui était prévenue pour avoir tenté d’assassiner son mari durant son sommeil. Les juges ont considéré qu’au moment des faits la prévenue souffrait d’une grave dépression consécutive d’un «burn-out» au travail et qu’elle n’était plus maître de ses actes.

Les juges ont conclu que la capacité de discernement de la prévenue était totalement abolie au moment des faits.

Ils ont tout d’abord relevé le caractère évolutif des différentes expertises mentales qui ont été réalisées, certaines concluant que la prévenue était dans un état de démence et d’autres concluant que celle-ci était lucide. Puis ils ont tranché. «Seul le premier rapport apporte des éléments précis», ont-ils dit.

Celui-ci concluait que la prévenue avait souffert d’un «burn-out» d’angoisse au travail, qu’elle avait développé une paranoïa et une crise dépressive aiguë. «Elle se sentait persécutée par sa patronne et par son mari», avaient noté les psychiatres.

Les juges ont également tenu compte des témoignages des enfants de l’intéressée qui avaient déclaré que leur mère paraissait totalement déconnectée de la vie familiale, n’écoutant pas les conversations. Par ailleurs, selon eux, il n’y avait eu aucune dispute entre leur père et leur mère.

La nuit du 28 au 29 janvier 2014, la prévenue avait frappé son mari avec une statuette alors qu’il dormait, chez eux à Schaerbeek. Elle lui avait ensuite donné plusieurs coups de couteau et avait tenté de se suicider.

La victime avait été hospitalisée, à la suite de l’intervention in extremis de l’un de ses fils. Elle avait survécu à ses blessures mais subi une incapacité de travail de huit jours.

La prévenue, elle, avait séjourné pendant deux mois en hôpital psychiatrique. Le couple s’est ensuite séparé.