NIVELLES

17 millions et 150m de haut: le chantier de quatre éoliennes lancé à Nivelles

 Les quatre machines, d’une hauteur de 150 mètres pales comprises, seront implantées de chaque côté du nœud autoroutier A54-E19, à Nivelles Sud.
Les quatre machines, d’une hauteur de 150 mètres pales comprises, seront implantées de chaque côté du nœud autoroutier A54-E19, à Nivelles Sud.-Marie-Cécile Deconinck

C’est un investissement de 17 millions: les autorités communales de Nivelles et le promoteur éolien Ventis (Tournai) ont symboliquement lancé le chantier de construction d’un parc de quatre éoliennes.

Les «Vents d’Arpes» sortent de terre. Les travaux d’implantation de quatre éoliennes à Nivelles-Sud, entre l’E19 et l’A54, ont débuté voici quelques jours. Le levage des pales est prévu fin juillet début août, et la mise en service espérée pour le mois d’octobre. «Il s’agit du seul projet éolien qui aboutira en Brabant wallon au cours de la législature», précise le bourgmestre Pierre Huart. Ce n’est pas la seule satisfaction dans ce dossier qui réunit une société privée (Ventis), la Ville de Nivelles, les intercommunales IBW et Energie BW, et l’association Vent +. La collaboration entre ces différents partenaires, portée par une véritable volonté d’aboutir, s’est révélée optimale. «À tel point que le permis était purgé de tout recours deux mois seulement après son obtention. C’est rare», pointe Pierre Mat, de la société Ventis.

Le coût du parc est estimé à quelque 17 millions d’euros. Ventis prendra en charge 70% de l’investissement. Les 30% restants seront financés à parts égales par le secteur public (Ville et intercommunales) et par l’ASBL Vent +, dans le cadre d’une participation citoyenne. Tous ces intervenants seront partenaires dans l’exploitation du parc au sein d’une structure dénommée «Les Vents d’Arpes». «Cela signifie que 30% des futurs dividendes seront reversés aux Nivellois détenteurs de parts par l’intermédiaire de la Ville, des intercommunales et de Vent +, garant de l’ancrage local, ajoute Pierre Mat. Nous espérons qu’il s’agit du début d’une belle histoire d’exploitation pour les vingt ans à venir.»

Un mât pour les Nivellois

L’une des quatre éoliennes devrait, par ailleurs, être identifiée comme étant celle des Nivellois. C’est le souhait de l’association Vent +. «À cet effet, nous avons lancé un concours de dessins à l’intention des élèves de 3e et 4e primaires des écoles de Nivelles, indique Serge Switten, président de l’association. Ils sont également appelés à nous soumettre leurs suggestions pour un nom de baptême. Le patronyme retenu sera imprimé sur le mât. C’est une manière de montrer que l’énergie renouvelable à une dimension humaine.»

Par la suite, l’association envisage également des séances d’information et de vulgarisation sur ce thème dans les différentes écoles, tous réseaux confondus.

L’installation de ces tout premiers moulins sur le territoire nivellois devrait permettre la fourniture en électricité d’environ 14 000 habitants.