Pour Hamon, les carottes sont cuites

«J’ai tenu… Je tiens. Je tiens et je tiendrai bon», a répété Benoît Hamon dans son discours qui se voulait le dernier moment fort d’une campagne difficile.
«J’ai tenu… Je tiens. Je tiens et je tiendrai bon», a répété Benoît Hamon dans son discours qui se voulait le dernier moment fort d’une campagne difficile.-AFP

La dégringolade. Benoît Hamon n’a pas réussi à «vendre» un projet socialiste digne de l’après-Hollande. Il lui manque le charisme d’un Mélenchon pour rassembler à gauche.

Il avait une carte intéressante dans sa manche. Une proposition forte, qu’il est le seul candidat à défendre: le revenu universel. Lui, ancien président des jeunes socialistes, ...

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 28 des 650 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?