Un bar en symbole de «l’islamisation»!

 «Ils m’ont tapé dessus. Tous!», s’indigne Amar Salhi, patron du «Jockey Club».
«Ils m’ont tapé dessus. Tous!», s’indigne Amar Salhi, patron du «Jockey Club».-AFP

Le patron du «Jockey Club» n’en revient pas: son modeste bar de Sevran, en banlieue parisienne, surtout fréquenté par des turfistes, est devenu un symbole de «l’islamisation» de la France pendant la campagne présidentielle.

C’est un reportage diffusé à une heure de grande écoute, filmant en caméra cachée l’accueil hostile réservé à deux militantes féministes, qui a échauffé les esprits. La clientèle y est entièrement masculine, ...

Cet article est réservé aux abonnés.
Vous avez lu 34 des 314 mots de cet article.
Abonnez-vous ici pour connaître la suite.
déjà abonné? identifiez-vous ou activez ici votre accès numérique
Mot de passe oublié?