SANTÉ

La médecine alternative à l’hôpital : 3 techniques utilisées

 -
--nokkaew – Fotolia

Les centres hospitaliers belges s’ouvrent de plus en plus à des techniques autrefois observées avec circonspection par les praticiens formés à la médecine conventionnelle. Voici 3 techniques alternatives.

Aromathérapie, apithérapie, hypnose ou encore sophrologie sont désormais présentes dans les hôpitaux belges.

«Pour la plupart des médecines alternatives que nous utilisons, il y a eu une demande de médecins ou de membres du personnel soignant qui ont entendu parler d’une technique, ont été formés et reconnaissent un avantage à son utilisation dans le sens du bien-être du patient», explique le Dr Jean-Claude Vandewalle, coordinateur médical du CHwapi (Tournai).

Voici 3 techniques alternatives :

Acupuncture

Cette branche de la médecine traditionnelle chinoise, stimulant des points précis avec de fines aiguilles, est utilisée pour soulager les douleurs musculo-squelettiques (notamment pour les douleurs lombaires des femmes enceintes) ainsi que celles qui sont liées aux rhumatismes. L’acupuncture est également mise en œuvre en soin de support d’oncologie, pour diminuer les effets de la chimiothérapie et de la radiothérapie (xérostomie, nausées, fatigue…).

Méditation

Censée faciliter la gestion du stress et des émotions, la méditation de pleine conscience est utilisée dans les hôpitaux dans le cadre de gestion de la douleur chronique ou de fibromyalgie ainsi qu’en médecine psychosomatique et dans le traitement de la dépression.

Plusieurs études sont en cours dans le pays (notamment sur le cerveau de Matthieu Ricard, moine bouddhiste et référence européenne de la méditation) et pourraient suggérer de nouvelles pratiques futures.

Vladi

En 2015, les cliniques universitaires Saint-Luc ont mis en place une alternative à la sédation et aux anxiolytiques lors des séances de radiothérapie: la diffusion d’un dessin animé ou d’un film. La radiothérapie impose au patient de rester immobile durant 30 minutes, la vidéo, adaptée à l’âge et aux goûts du patient, induit une focalisation qui permet l’apaisement. Vladi est l’acronyme de Video launching applied during irradiation mais aussi le nom du premier enfant à avoir bénéficié de la technique.