SEDAN

Les élections françaises à Sedan : «Un vaste foutoir depuis longtemps»

 Bernard Devillez, ancien patron du central bar à Sedan, évite de parler politique. «Ce n’est pas bon pour le commerce».
Bernard Devillez, ancien patron du central bar à Sedan, évite de parler politique. «Ce n’est pas bon pour le commerce».--

Écœurement, déception, indécision… Rencontres au central bar de Sedan (17 829 habitants), ville PS (depuis 1995), où les clients témoignent de leurs ressentiments contre la classe politique.

Suivez notre page L'Avenir Luxembourg sur Facebook