LIÈGE

Les pubs remplacées par des œuvres d’art à Liège

Des activistes liégeois ont remplacé une centaine d’affiches publicitaires en ville, tôt ce jeudi matin. Ils militent contre l’omniprésence de la publicité dans nos vies.

Le matraquage publicitaire s’est insinué dans notre quotidien, à tel point qu’on ne s’en rend même plus compte. À l’occasion de la semaine internationale contre la publicité, le mouvement international Subvert The City s’est donc manifesté dans des villes du monde entier.

À Liège, c’est ce jeudi entre 6 et 7 heures du matin qu’un groupe d’activistes a choisi de remplacer une centaine d’affiches publicitaires par des dessins et autre œuvres ou messages. Rapidement, des agents de JCDecaux, société en charge du mobilier urbain à Liège, ont remplacé les nouvelles affiches par d’autres, publicitaires.

Le message sera néanmoins peut-être passé auprès de passants qui auront été interpellés par le remplacement des affiches publicitaires.

10% de pubs en moins ces 15 prochaines années

C’est un hasard du calendrier, mais c’est justement cette semaine que la Ville de Liège clôturait la réception des candidatures concernant le marché d’installation du mobilier urbain pour les 15 prochaines années. Et JCDecaux, qui avait déjà remporté le marché en 2001, est la seule société candidate, indiquaient nos confrères de la RTBF hier. Il s’agit donc des abris de bus, poubelles, bancs, plots de stationnement, essentiellement.

Rappelons en outre que dans le cadre de ce marché, la Ville de Liège a décidé voici un an de réduire de 10 % la surface publicitairesur les 450 abris de bus de la ville. À l’époque, la majorité PS-cdH, rejointe par le MR, voulait faire un geste contre la pression publicitaire, en se coupant d’une part des rentrées financières que cela représente pour la Ville. Écolo, Vega et le PTB s’étaient opposés à la proposition, estimant que la publicité demeurerait trop envahissante et pressentant que le marché allait forcément être attribué à un des deux leaders du marché: les multinationales ClearChannel et JCDecaux.

En matière de diminution de la pression publicitaire, la ville de Grenoble est souvent citée en exemple, pour avoir entrepris fin 2014 de bannir ces panneaux publicitaires de ses rues.