TAMBOURS

Les tambours ont résonné pour la Paix dans nos écoles

Les Communes qui ont participé sont Bertrix, Chiny, et Vielsalm. Une action était également menée dans une école de Paliseul. ÉdA – 301812090090

À l’heure où la guerre fait rage dans certains pays, d’autres sensibilisent les plus jeunes à répandre la joie, l’apaisement et la sécurité.

+ À LIRE | "Rien à voir avec les attentats"

Hier a eu lieu la journée des «tambours pour la Paix» partout dans le monde. Pour rappel, il y a 100 ans, on battait du tambour pour envoyer les hommes à la guerre. «Et aujourd’hui, les enfants d’Europe appellent les enfants du monde à battre tambour pour conduire le monde vers la Paix», citation d’Arthur Haulot, grand résistant de la guerre 40-45. C'est d’ailleurs lui qui a lancé cette journée mondiale, en 1976.

+ À LIRE | Cité de l'immigration pour 165 enfants

«

L’État s’apprête à acheter des avions de guerre pour plusieurs milliards d’euros. La société se dirige plus vers une logique de guerre que de paix. 

» 

Depuis, une centaine de pays participe chaque année. Pour Amnesty International et la coalition luxembourgeoise pour la Paix (Colupa), les citoyens ont besoin de ce genre de manifestation. En Belgique, et plus particulièrement en province de Luxembourg, plusieurs actions étaient menées. Les Communes qui ont participé sont Bertrix, Chiny, et Vielsalm. Une action était également menée dans une école de Paliseul. Au total, une douzaine d’établissements scolaires ont répondu présents.

700 petits coeurs ont appelé à la paix

C’est le service petite enfance de Bertrix qui était en charge de la préparation et de l’organisation de ce rendez-vous des écoliers bertrigeois venus manifester leur volonté de voir la paix s’installer dans notre monde.

Origamis et haïku

L’athénée royal, l’école Notre-Dame du Rosaire, l’école communale fondamentale de Jéhonville ainsi que les enfants des crèches Les Bambins, la Nacelle et Bienvenue aux tout-petits étaient présents durant une heure pour célébrer la paix à leur manière: chanson, lecture d’haïkus, lâcher de ballons ou décorations de mandalas avec fleurs, sans oublier les nombreux battements de tambours.

Afin de répondre à l’appel de la colupa, les animatrices du service petite enfance ont préparé un programme d’activités à réaliser dans les écoles afin de les présenter durant cette manifestation. Certains ont réalisé des instruments de percussion à partir de matériel de récupération qui ont résonné à plusieurs reprises. D’autres ont écrit des poèmes, haïkus ou messages de paix qu’ils ont placés en origamis de la grue du Japon devenue symbole de paix depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Quant au haïku, forme japonaise de poésie, il permet de noter les émotions de manière concise. Chaque école en a présenté quelques exemples tels que «la paix, c’est l’amour et l’amitié entre les peuples» ou encore «pas une seule armée n’a stoppé la floraison du liseron».

Moment d’émotion aussi lorsque les enfants ont repris en chœur avec le groupe interculturel Avana la chanson On écrit sur les murs de Demis Roussos et récemment reprise par les Kids United.

Bruno Bodeux a également rappelé les objectifs que poursuit la Colupa dans notre province, les inscrivant dans cette manifestation de Tambours pour la paix. Au nom de l’administration communale, l’échevin Mathieu Rossignol a remercié tout ce petit monde pour l’imagination dont chacun a fait preuve. Avec notamment un mandala géant de fleurs aux multiples couleurs.

Avant de repartir avec leurs souvenirs de cette heure de rassemblement et encouragé par Julien Hartert, l’animateur de service, les sept cents enfants ont bruyamment fait résonner tout ce qui pouvait servir de «tambours» afin de proclamer bien fort leur désir de paix