AMAY

Le corps sans vie du Hutois Claude Courtois repêché en Meuse

Le corps sans vie du Hutois Claude Courtois repêché en Meuse

Porté disparu depuis le 3 mars, Claude Courtois a été retrouvé à hauteur de la rue de la Taverne à Meuse. Eda Thomas Longrie

Ce lundi, en fin d’après-midi, le corps sans vie du Hutois Claude Courtois (56 ans) a été découvert en Meuse. Il s’agit d’un accident.

Le Hutois Claude Courtois (56 ans) n’avait plus donné signe de vie depuis dix-sept jours. Et les circonstances de sa disparition laissaient présager le pire.

Le quinquagénaire avait été vu pour la dernière fois le vendredi 3 mars, vers 16 heures, à proximité du magasin Lidl, situé sur le zoning de Ben-Ahin. Il se déplaçait alors à vélo bleu et gris de marque Giant.

Son épouse ayant immédiatement déclaré sa disparition, un appel à témoins avait rapidement été lancé par les enquêteurs à la requête de la division hutoise du parquet de Liège.

Des recherches en Meuse avaient été réalisées par la protection civile. Les proches de Claude Courtois n’avaient pour leur part cessé de parcourir le halage à la recherche du quinquagénaire. L’espoir de le revoir en vie était quasi nul et la découverte de ce lundi, en fin d’après-midi, leur a donné raison.

C’est un promeneur qui a fait la découverte macabre en se baladant le long de la Meuse, à Ampsin (Amay), soit à quelques kilomètres de sa disparition. Un corps flottait en effet à la surface de l’eau. Peu avant 17h, les plongeurs des pompiers de la zone de secours Hemeco ainsi qu’un SMUR du Centre hospitalier régional (CHR) de Huy ont été dépêchés sur les lieux. Le corps sans vie a été ramené sur la berge, à hauteur de la rue de la Taverne à Meuse.

Très vite, le corps a pu être identifié. Il est apparu qu’il s’agissait du Hutois Claude Courtois, porté disparu depuis plusieurs semaines. Une disparition qui avait provoqué une vive inquiétude parmi ses proches. Mais aussi auprès de la population hutoise, dont il était bien connu pour avoir été l’ancien propriétaire de l’entreprise de peinture «Courtois Décors», un ancien magasin de peinture et tapisserie, tombé en faillite en 2006. Après avoir stoppé son activité commerciale, il s’est reconverti en donnant des cours de pratique professionnelle dans une école de la région. Marié à Geneviève Berger, Claude Courtois résidait à Ben-Ahin, où il participait encore régulièrement aux activités de village.

«Un décès accidentel»

L’enquête a d’emblée été reprise par la police locale de Huy, dont l’enquêteur en charge de cette affaire et un officier se sont rendus sur les lieux de la macabre découverte. «La thèse favorisée est celle de l’accident, apprenait-on ce soir auprès du commissaire hutois Jean-Marie Dradin. La victime avait l’habitude de rentrer chez elle par le RAVeL.» Il semble donc que Claude Courtois aurait chuté dans la Meuse, peut-être victime d’un malaise. Le vélo qu’utilisait la victime n’a, lui, pas été retrouvé.

Le substitut du procureur du Roi Didier David, de la division hutoise du parquet de Liège, a été avisé de la macabre découvre par les policiers. Il n’a pas requis l’intervention d’un médecin légiste, aucune trace de l’intervention d’un tiers n’ayant été relevée sur le corps de la victime par les enquêteurs.