Spa Rally: Cédric Cherain, un vainqueur revenu de l’enfer

La troisième édition du Spa Rally s’est achevée en coup de théâtre avec la sortie de route de Kris Princen et la victoire de Cédric Cherain.

Alors qu’il possédait encore dix-neuf secondes d’avance sur son plus proche poursuivant avant le dernier passage dans La Clémentine sans avoir commis jusque-là la moindre erreur, Kris Princen (Skoda Fabia R5) partait à la faute à quelques kilomètres de l’arrivée. Cédric Cherain (DS3 RRC) qui le suivait ne pouvait que constater les dégâts pour son adversaire malheureux avant de rejoindre le centre de Spa et monter sur la plus haute marche du podium. Une victoire aussi inespérée qu’émouvante. Avant de sortir de sa voiture, avec son équipier Jean-Pierre Delmelle, il ne pouvait retenir quelques larmes.

«Je suis d’abord déçu pour Kris, je sais ce qu’est de perdre un rallye comme cela dans la dernière étape spéciale. Mais quand on gagne un des plus grands rallyes belges… Que d’émotion! D’autant qu’aujourd’hui je ne pensais plus que c’était possible. Vendredi, dès la première étape spéciale à Francorchamps nous avions commis une petite faute et perdu vingt-cinq secondes. Samedi matin, les deux meilleurs (Kevin Abbring et Kris Princen) étaient devant et notre retard dépassait la minute. Nous avons roulé à cent dix pour cent toute la journée sur un parcours qui convenait mieux à mon style de pilotage et à la voiture que je découvrais. Une victoire inespérée que nous sommes allés chercher au bout d’une course vraiment très difficile. C’est en plus la première fois que je m’impose à Spa, le seul rallye en Wallonie que je n’avais pas encore gagné. Commencer la saison avec un succès est toujours positif, d’autant que je ne sais pas encore de quoi sera faite la suite.»

«La pluie? J’ai été servi ce week-end!»

Un autre pilote régional était tout aussi heureux à l’arrivée. Sa quatrième place était presque synonyme de victoire pour Armand Fumal, un véritable gentleman driver.

«Je n’avais plus disputé d’épreuve depuis Jalhay. De plus, je n’avais encore jamais roulé avec la DS3 R5 sous la pluie, j’ai été servi ce week-end. En dépit de quelques petites erreurs évitables, j’ai aussi réussi quelques très bons chronos comme à Rahier. Cette quatrième place est formidable, même si j’échoue finalement au pied du podium, mais quel beau rallye.» Un compliment que l’on a beaucoup entendu après l’arrivée, alors que ce Spa Rally 2017 fut aussi l’un des plus difficiles. Une chose est sûre: ces «éloges» n’auraient certainement pas déplu à un certain Alphonse Delettre, le patron des anciennes Boucles de Spa.